Fernelmont: les pesticides provoquent-ils des cancers ?

16/06/16 à 10:52 - Mise à jour à 10:59

Source: Le Vif

Les effets des pesticides sur la santé seront bientôt au coeur du débat du conseil communal de Fernelmont dans la province de Namur. Les résultats d'une étude sur la corrélation entre les cancers et les pesticides réalisée à petite échelle y seront bientôt dévoilés.

Fernelmont: les pesticides provoquent-ils des cancers ?

© Getty Images/iStockphoto

Une habitante de la commune de Cortil-Wodon, dans l'entité de Fernelmont, a interpellé il y a quelques mois les autorités communales sur la relation entre les pesticides et l'apparition de cancers dans son quartier. Dans sa lettre ouverte, elle évoquait "16 cas de cancers dans son quartier" dont 9 dans la même rue ainsi que diverses pathologies neurologiques. " Et toutes les couches générationnelles sont touchées : il y a des personnes âgées, des gens de 30-40 ans et des ados... ", s'inquiète-t-elle. L'habitante se demande si les épandages de pesticides n'en sont pas la cause. Les maisons des personnes touchées par la maladie se trouvent en effet près d'une zone agricole régulièrement aspergée de produits. Pour la riveraine, les pesticides et herbicides et, plus globalement, des produits phytosanitaires auraient un impact sérieux sur la santé publique.

Une étude scientifique a alors été commandée à la Région wallonne. Elle a été réalisée par la direction de la santé environnementale. "Cette administration est composée d'une équipe de professionnels de la santé (médecins et pharmacien toxicologue), sous la supervision du médecin directeur de la Santé environnementale. Elle investigue ce type d'événements en respectant les recommandations internationales en matière de suspicion de cluster", explique à L'Avenir les autorités communales.

Ses résultats, tenus jusqu'à présent strictement confidentiels par le bourgmestre et les échevins, seront communiqués à la population le jeudi 23 juin lors d'une séance d'information.

Un délai d'attente qui soulève des questions dans l'opposition comme l'explique la RTBF. Ce jeudi soir, le conseiller Ecolo Etienne Piette interrogera la majorité sur le peu de transparence qui entoure cette analyse. Il désire aussi que les citoyens de Fernelmont puissent découvrir les conclusions de l'étude librement, avant la réunion publique de présentation des résultats programmée la semaine prochaine.

Des révélations fracassantes ?

Pourtant, l'étude en question ne ferait aucune révélation fracassante. Elle ne donnerait aucun résultat inquiétant. La méthode scientifique, basée sur l'examen du Registre du cancer, à une si petite échelle, ne permettrait en effet pas d'établir un lien entre les pesticides et les cas de cancers à Fernelmont. Une nouvelle question pourrait donc être soulevée: la Région wallonne est-elle prête à financer une étude à plus grande échelle ? Celle de toute la Hesbaye par exemple, qui serait plus coûteuse, mais aussi bien plus représentative.

Par aillleurs, une analyse de l'eau consommée à l'école de Cortil a aussi été commandée et elle ne donne aucun résultat inquiétant. L'Avenir explique qu'une charte est en train d'être constituée, afin de rappeler aux agriculteurs et à leurs voisins leurs droits et leurs devoirs en la matière.

La question de la nocivité des pesticides sur la population est un sujet souvent évoqué dans la littérature scientifique. Ainsi, en France, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a analysé les études publiées au cours des 30 dernières années sur les effets des pesticides sur la santé et a rendu son avis : "Il semble exister une association positive entre exposition professionnelle (NDLR : les agriculteurs) à des pesticides et certaines pathologies chez l'adulte : la maladie de Parkinson, le cancer de la prostate et certains cancers hématopoïétiques (lymphome non hodgkinien, myélomes multiples). Par ailleurs, les expositions aux pesticides intervenant au cours de la période prénatale et périnatale ainsi que la petite enfance semblent particulièrement à risque pour le développement de l'enfant."

En savoir plus sur:

Nos partenaires