Fécondation in vitro: les travailleuses bientôt mieux protégées ?

22/02/11 à 19:00 - Mise à jour à 19:00

Source: Le Vif

La Commission des Affaires sociales de la Chambre a adopté mardi à l'unanimité, moins la N-VA qui a voté contre, une proposition de résolution appelant à octroyer aux femmes qui recourent à la fécondation in vitro la même protection au travail que celle accordée aux femmes enceintes ou ayant accouché.

Fécondation in vitro: les travailleuses bientôt mieux protégées ?

© ThinkStock

La fécondation in vitro est précédée de toute une série de consultations et d'examens nécessitant des absences professionnelles. Les jeunes femmes concernées puisent, pour s'y présenter, dans divers congés (légaux, sans solde, maladie, heures supplémentaires...)

Actuellement il n'existe aucune protection dans la législation sociale visant à protéger une femme entamant un processus de fécondation in vitro. Le PS a déposé une proposition de résolution signée par le président de la Commission des Affaires sociales, Yvan Mayeur, ainsi que Valérie Déom, Colette Burgeon et Marie-Claire Lambert.

"Le centre de fécondation in vitro de l'ULB, qui se trouve à l'hôpital St-Pierre fait état de pressions d'employeurs engendrant du stress et donnant lieu à toutes sortes de difficultés socio-économiques", a expliqué Yvan Mayeur, par ailleurs président du CPAS de Bruxelles dont dépend l'hôpital St-Pierre. "Beaucoup d'employeurs ont du mal à engager des jeunes femmes, par peur qu'elles tombent enceintes; certains, lorsqu'ils apprennent qu'une de leurs employés a entamé un processus de fécondation in vitro, n'hésitent pas à les mettre dehors".

La résolution adoptée mardi en Commission vise à les protéger contre le licenciement. Elle s'adresse au gouvernement, la matière étant régie par un arrêté royal, a justifié M. Mayeur. La députée Catherine Fonck (cdH) a pour sa part annoncé mardi dans le quotidien La Dernière Heure son intention de protéger les travailleurs qui s'absentent pour traiter l'infertilité. Elle souhaite agir par la loi, le gouvernement étant en affaires courantes. Sur le fond elle n'entend pas limiter la protection des travailleurs dans le cas du processus de fécondation in vitro; elle vise plus généralement les traitements contre l'infertilité.

LeVif.be, avec Belga

Nos partenaires