FDF et Ecolo résolument favorables au péage urbain

09/05/13 à 11:48 - Mise à jour à 11:48

Source: Le Vif

La recommandation de l'OCDE en faveur de l'instauration d'un système de péage urbain à Bruxelles a reçu le soutien, mardi, du député-bourgmestre Bernard Clerfayt et d'Ecolo.

FDF et Ecolo résolument favorables au péage urbain

© Image Globe

Avant eux, le chef du groupe cdH au parlement bruxellois Benoît Cerexhe avait dit tout le mal qu'il en pensait, en termes de délocalisations et de pertes d'emploi si ce dispositif était organisé à Bruxelles plutôt que dans la zone RER plus large.

Pour Bernard Clerfayt, ce faisant, le cdH n'aide pas à trouver des solutions pour la mobilité, les transports en commun et le refinancement de Bruxelles.

"Brandir le danger de la délocalisation des entreprises n'a pas de sens. Celles-ci perdent déjà beaucoup d'argent à cause des embouteillages. De plus le monde économique à Londres et à Stockholm a reconnu les mérites de cette formule", a dit Bernard Clerfayt.

Pour lui, il est tout à fait envisageable de mettre en oeuvre un système intelligent qui prévoirait des tarifs différenciés en fonction de facteurs tels que les heures de pointe et les week-ends.

Cela permettra de réduire la pollution et le stress mais aussi de générer des recettes pour gonfler les investissements dans la STIB.

De leur côté, les députés Ecolo bruxellois Arnaud Pinxteren et Céline Delforge ont estimé que l'hypothèse d'un péage urbain devait être étudiée sérieusement à condition d'être organisé dans les zones centrales bien desservies en transport public.

Par ailleurs, une amélioration de la fluidité du trafic ne pourrait qu'être bénéfique à une série d'entreprises dont les travailleurs perdent de nombreuses heures dans leur véhicule de service.

Ecolo-Bruxelles a enfin rappelé que l'accord de majorité 2009-2014 prévoit d'étudier la mise en place de systèmes de péage urbain, en concertation avec les autres Régions, ou une tarification qui tienne compte de l'utilisation d'un véhicule plutôt que de sa possession.

Nos partenaires