"Faudra-t-il qu'un jeune se tue en se soûlant pour que les politiciens réagissent ?"

19/02/14 à 10:37 - Mise à jour à 10:37

Source: Le Vif

Pour Brice De Ruyver, coordinateur de la cellule générale de Politique Drogues, il n'y a pas le moindre doute: nous devons introduire la tolérance zéro pour l'alcool au volant.

"Faudra-t-il qu'un jeune se tue en se soûlant pour que les politiciens réagissent ?"

© Vandaag

Le trafic est aujourd'hui tellement complexe que l'on doit être hyper concentré. Il est irresponsable que les chauffeurs perdent ne fût-ce qu'un peu de leur concentration. Le message clair: lorsqu'on conduit, on ne boit pas.

De Ruyver en tant que coordinateur de la cellule générale de Politique Drogues participe aux tables rondes des négociations politiques autour de la drogue et surveille que l'application de ces dernières soit effective.

Il y a quelques semaines, il a pourtant subi une solide désillusion: le plan qu'il avait introduit pour réduire les dérives liées à l'alcool n'a pas survécu aux débats politiques . Il a été proprement et simplement enterré. "L'Open VLD n'en voulait pas suite au travail de lobby de Sven Gatz qui était un élu des libéraux et qui est aujourd'hui le directeur des brasseurs belges. Je n'en veux pas à cet homme, il n'a fait que son boulot. Mais je trouve cette décision regrettable"

Quel était le point central de votre plan ?

Brice De Ruyver: il contenait un certain nombre de règles qui visaient à réguler l'offre sans toutefois toucher fondamentalement au secteur. Nous devons rester honnêtes : notre lutte contre l'alcool n'a pour l'instant pas encore remporté un franc succès. Nous travaillons dur dans les domaines de la prévention et de l'aide, mais nous ne faisons rien pour compliquer l'accès à l'alcool. C'est pourquoi nous voulions interdire la vente d'alcool dans les distributeurs automatiques et les stations d'essence sur l'autoroute.

Vouliez-vous aussi augmenter la limite d'âge ?

En effet. Aujourd'hui on peut officiellement commencer à boire à 16 ans. Nous aimerions élever la limite à 18. Aux Pays-Bas, c'est déjà le cas. Cette loi y est strictement appliquée avec les conséquences que l'on connait: les jeunes viennent en bus pour faire la fête en Belgique. Je ne doute pourtant pas qu'un jour on augmentera la limite d'âge tout comme on appliquera la tolérance zéro pour l'alcool au volant. Le pire ? C'est qu'il faudra probablement attendre une catastrophe pour que les choses changent.

Un jeune de 17 ans qui boit tellement qu'il en meurt par exemple?

De Ruyver: Exactement. Lorsqu'un ado ou un enfant se tuera parce qu'il aura trop bu, là on agira. Les politiciens qui disent aujourd'hui que j'exagère seront alors au premier rang pour montrer leur indignation. Nous savons que 10% des consommateurs ont un problème. Nous savons aussi que ce problème est exponentiel chez les jeunes. Pas plus tard que la semaine dernière, les médias dénonçaient que de plus en plus d'étudiants sont susceptibles d'être confrontés à un réel problème. Nous ne pouvons tout de même pas prendre tout cela à la légère.

L'interview complète est disponible dans le Knack de cette semaine

Nos partenaires