Facteurs de quartier : les syndicats tentent un dernier coup de force

26/07/10 à 16:26 - Mise à jour à 16:26

Source: Le Vif

Le projet des "facteurs de quartier", hautement controversé depuis sa simple évocation à l'automne dernier, deviendra effectif dans plusieurs bureaux dès le 9 août prochain. Appuyés par les syndicats, les facteurs manifestent dans plusieurs provinces wallonnes.

Facteurs de quartier : les syndicats tentent un dernier coup de force

© Belga

Le courrier serait désormais distribué par un "facteur de quartier" bénéficiant d'un statut d'agent auxiliaire. Il travaillerait 3h48 maximum par jour et percevrait 9,66 euros brut de l'heure. Un système pervers selon les syndicats chrétiens et libéraux :"ce salaire ne permet pas de vivre". Ce projet s'aligne en fait, sur un vaste projet de libéralisation de la Poste au niveau européen.

Ce matin à Jodoigne en province du Brabant wallon, le symbole s'est voulu fort : les manifestants ont enterré au pied du bureau de poste de la ville, l'archétype même de l'ancien facteur.

En région Liégeoise à Hannut, même topo : les postiers ont fait écho à la grogne brabançonne. Ils ont bloqué ainsi la principale artère de la ville, la rue Albert Ier, puis ont mené une action de sensibilisation au sein du marché local.

Marc Demulder, président du Syndicat Libre de la Fonction Publique, secteur Poste, s'en est pris aux hautes sphères de la Poste. Les autorités politiques tant belges qu'européennes étaient aussi visées. "Notre action est dirigée contre le management mais aussi contre les autorités politiques nationales et européennes, qui rendent tout possible dans le secteur de la poste en Europe. Nous sommes à l'aube d'une nouvelle lutte acharnée" clamait-il.

L'ambition du mouvement protestataire brabançon était aussi de remettre une lettre au député européen Louis Michel (MR). C'est finalement le bourgmestre de la ville, député wallon et président de la fédération MR du Brabant wallon, Jean-Paul Wahl, qui a pris connaissance de leurs revendications.

Il s'est exprimé à ce propos tout en nuances : "Je comprends les craintes pour l'emploi, elles sont légitimes. Je suis libéral, mais je constate que certaines entreprises remplissent des missions de service public". Il a rajouté qu'il y a un grand risque de perdre le rôle social des postiers.

Une dimension sociale et affective que le photographe, Jean-Luc Luyssen de Gamma, avait su rendre compte au détour d'un reportage publié dans la revue XXI de l'hiver 2010. Il y démontrait que pour nombre de personnes isolées, le facteur restait leur seul contact social.

Eve Boidron

Nos partenaires