Explosion à Ansbach - Allemagne: La personne tuée dans l'explosion à Ansbach est le suspect

25/07/16 à 02:39 - Mise à jour à 03:30

Source: Belga

(Belga) La personne soupçonnée d'avoir perpétré une explosion dans le centre-ville d'Ansbach, près Nurenberg en Allemagne dimanche soir, a été tuée par la détonation, selon le ministre de l'Intérieur de Bavière, Joachim Herrmann. Au moins une dizaine de personnes sont blessées, mais le nombre exact n'est pas encore clair.

La police bavaroise, qui a confirmé l'information vers 02h10 lundi, n'a pas encore déterminé l' identité de l'auteur de l'explosione ni le type de bombe utilisée. Des experts en criminalité ont été dépêchés pour procéder à des examens. Il n'y a "aucun signe d'autres agresseurs", a encore précisé un porte-parole de la police. Le nombre de blessés n'est pas encore déterminé, certaines sources évoquent 10 blessés d'autres 12 dont trois victimes grièvement blessées. Le ministère de l'Intérieur de Bavière avait déjà dans premier temps évoqué un acte "intentionnel". Interrogé pour savoir s'il s'agissait d'une bombe, il a répondu: "nous sommes en train de vérifier en ce moment". Il a ajouté qu'il était "trop tôt" pour dire s'il s'agit d'un attentat ou pas. La détonation a eu lieu dimanche soir vers 22h00 devant un restaurant et non loin de l'entrée d'un festival de musique, a précisé la bourgmestre de la localité, Carda Seidel. Celui-ci accueillait quelque 2.500 amateurs d'opéra qui ont tous été évacués. Le centre-ville d'Ansbach a été bouclé, et quelque 200 agents de police ont été déployés ainsi que 350 pompiers et secours. Dans un premier temps, les causes de l'explosion étaient incertaines et la piste d'une fuite de gaz avait été évoquée pour être démentie par les autorités locales ensuite, la bourgmestre évoquant un engin explosif. Ce nouvel incident survient dans une Allemagne sous tension marquée par la succession d'actes violents. Dimanche, un demandeur d'asile syrien a tué une femme et blessé deux autres personnes à la machette dans une ville du sud-ouest de l'Allemagne. La veille, une fusillade sans lien avec le terrorisme, a été menée à Munich par un jeune souffrant de troubles psychiatriques. Il était fasciné par le massacre perpétré cinq ans plus tôt par Anders Behring Breivik en Norvège. La semaine précédente, quatre passagers ont été agressés dans un train régional par un adolescent demandeur d'asile, en Bavière également. Cet acte, mené à la hache et au couteau, est le seul qui a été revendiqué par le groupe terroriste Etat islamique. (Belga)

Nos partenaires