Exit Vande Lanotte : le PS prêt à s'ouvrir aux libéraux

06/01/11 à 19:28 - Mise à jour à 19:28

Source: Le Vif

Johan Vande Lanotte souhaitant être déchargé de sa mission de conciliateur, Elio Di Rupo, président du Parti socialiste, se dit prêt à "ouvrir les négociations à d'autres partenaires". Suivez son regard... vers les libéraux.

Exit Vande Lanotte : le PS prêt à s'ouvrir aux libéraux

© Belga

Elio Di Rupo, président du Parti socialiste, s'est déclaré jeudi soir disposé à élargir les négociations institutionnelles à la famille libérale après l'échec du conciliateur royal, qu'il a surtout attribué au CD&V.

?

"S'il faut élargir les négociations institutionnelles à d'autres partenaires, nous y sommes ouverts si cela peut permettre d'aboutir à une solution, a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse. Nous n'avons pas d'exclusive. La situation du pays est telle que nous devons laisser toutes les formules ouvertes."

?

Pour Elio Di Rupo, plus que la N-VA, c'est le CD&V qui est responsable de la situation actuelle : "Ce qui nous a le plus surpris, c'est l'attitude de CD&V. Il a pris une lourde responsabilité. Il est pourtant l'héritier d'une famille politique qui a construit ce pays."

?

Le président du PS rappelle au passage que les démocrates-chrétiens flamands avaient participé aux cinq réformes de l'Etat précédentes : "La manière avec laquelle ils ont dit 'non', c'est d'abord vouloir imposer son point de vue, puis négocier. C'est particulier ! Agir comme cela, c'est la négation de la négociation."

?

Un avis visiblement partagé par Marie De Clerck, échevine CD&V à Wevelgem et fille du ministre de la Justice Stefaan De Clerck, qui, mercredi soir, s'était déclarée "déçue" par son propre parti : "J'attendais quand même un signal positif, a-t-elle fait savoir sur son fil Twitter mercredi soir. Ce pays doit aller de l'avant !"

?

Crise : Didier Reynders attend une initiative du palais

Didier Reynders, président du MR, a dit jeudi soir avoir pris acte de l'ouverture du PS, tout en ajoutant qu'il n'y a eu jusqu'à présent aucun contact : "Nous attendons une éventuelle initiative du palais ou de quelqu'un qui serait désigné par le roi. Nous avons toujours dit que nous étions disponibles mais selon une autre méthode et pour parler aussi des problèmes socioéconomiques."

Didier Reynders a rappelé que son parti était tout à fait exclu des discussions depuis sept mois : "Je partage le ras-le-bol de beaucoup de citoyens. Je reste convaincu qu'il faut changer la méthode. Je l'ai dit dès le début. Voyons d'abord ce qu'on veut encore faire ensemble et comment nous allons le financer. C'est la seule façon de créer la confiance. On pourra alors parler des autres sujets."

Crise : cdH et Ecolo n'ont pas d'exclusive mais attendent des partenaires constructifs

Le cdH et Ecolo disent ne pas avoir d'exclusive à l'égard d'autres partenaires pour discuter d'une réforme de l'Etat. Mais l'un comme l'autre rappellent que l'essentiel demeure le contenu de la négociation et l'attitude constructive de chacun.

"Nous n'avons jamais eu d'exclusive mais le problème ne vient pas des francophones, a fait remarquer Joëlle Milquet, présidente du cdH, sur les plateaux de télévision. Je veux avoir en face de moi des gens qui veulent aboutir." La centriste a fustigé l'attitude du CD&V et de la N-VA s'interrogeant sur leur "non-volonté" et leur "non-capacité" à accoucher d'une réforme de l'Etat après six mois de discussion.

"Nous n'avons aucun tabou : tout ce qui pourra amener une solution constructive, nous le prendrons", a déclaré Jean-Michel Javaux, coprésident d'Ecolo, interrogé sur l'ouverture aux libéraux. Le Vert a toutefois fait remarquer que le MR s'était montré très critique sur la note du conciliateur Johan Vande Lanotte, et que c'était sur cette base que les sept partis étaient appelés à se prononcer.

"Ce qu'il faut, c'est identifier dans les jours qui viennent ceux qui veulent une solution et qui veulent être constructifs", a-t-il précisé. Selon lui, le conciliateur Vande Lanotte doit continuer à mener les discussions au vu du travail qu'il a accompli jusqu'à présent.

LeVif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires