Exclusif - Sécurité: Zaventem reste une passoire ! (photos)

18/04/16 à 08:40 - Mise à jour à 09:35

" Safe ", l'aéroport national ? Pas vraiment. Nous y avons découvert des voies d'accès non surveillées, des barrières franchissables sans badge, un chantier au bord du tarmac, des trous dans les grillages ou sous les grilles... Reportage

"Nous sommes ''safe'', a assuré ce week-end Arnaud Feist, PDG de Brussels Airport. "Et si nous ne l'étions pas, ajoute-t-il, nous n'aurions pas reçu toutes les autorisations requises pour exercer notre activité." De son côté, le Premier ministre Charles Michel a affirmé, la veille de la démission de Jacqueline Galant, sa ministre de la Mobilité, que son gouvernement prenait "très au sérieux la sûreté et la sécurité dans les aéroports". Pour autant, à Bruxelles-National, dévasté le 22 mars par une attaque terroriste, la sécurité laisse encore à désirer. Nous avons pu nous en rendre compte. Certes, les véhicules qui se rendent à l'aéroport sont filtrés par les forces de l'ordre. Le long du boulevard qui conduit à l'aéroport stationne une voiture de police équipée d'une caméra permettant la lecture automatique des plaques d'immatriculation. Des contrôles de passagers sont effectués par les policiers et militaires qui surveillent les accès au site. Les voitures qui déposent ou viennent rechercher des passagers sont désormais dirigées vers des parkings. Des patrouilles supplémentaires mixtes (policiers/militaires)...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires