Examens du CESS : la certification du cours d'histoire reviendra aux conseils de classe

16/06/15 à 21:41 - Mise à jour à 21:41

Source: Belga

La certification du cours d'histoire pour les élèves de dernière année du secondaire en vue de l'octroi du certificat d'enseignement secondaire supérieur reviendra aux conseils de classe, a annoncé mardi la ministre de l'Education, Joëlle Milquet, au lendemain de l'annulation de l'épreuve externe à la suite de la fuite de certaines questions sur les réseaux sociaux.

Examens du CESS : la certification du cours d'histoire reviendra aux conseils de classe

© BELGA

Les élèves qui étaient amenés à passer cette épreuve annulée sont considérés comme "n'ayant pas pu participer à l'épreuve externe certificative d'histoire, a expliqué la ministre dans un communiqué. "En conséquence, la maîtrise de la compétence 3 fera l'objet d'une décision du conseil de classe sur la base de l'article précité".

Selon Mme Milquet (cdH), le conseil de classe se fondera donc sur un dossier comportant "la copie des bulletins des deux dernières années ainsi qu'un rapport circonstancié du ou des enseignants titulaires de la discipline concernée".

Pour ce qui concerne les élèves fréquentant l'enseignement subventionné ou organisé par la Communauté française depuis moins de deux ans, la copie des bulletins d'une seule année scolaire peut suffire, a-t-elle précisé.

Selon la ministre, le conseil de classe pourra également faire "porter au dossier tout autre élément qu'il estime utile", par exemple les résultats de toute épreuve déjà organisée par l'établissement ou que celui-ci déciderait d'organiser encore durant la présente session d'examens dans le cadre de son autonomie pédagogique.

Il appartient au conseil de classe de décider de la portée qu'il donne à l'épreuve qui aurait été, le cas échéant, organisée dans le cadre de l'évaluation de cette compétence 3 du cours d'histoire.

Selon Mme Milquet, le conseil de classe qui "statuera souverainement" prendra, sans nul doute, en considération la circonstance que les élèves ne sont en rien responsables de l'annulation décidée.

En savoir plus sur:

Nos partenaires