Ex-espion empoisonné - L'OIAC refuse une enquête russe

04/04/18 à 21:38 - Mise à jour à 21:39

Source: Belga

(Belga) L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a repoussé une proposition de la Russie d'enquêter avec la Grande-Bretagne sur l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal, dont s'accusent mutuellement Londres et Moscou.

"Malheureusement, nous n'avons pas pu recueillir deux tiers des voix en faveur de cette motion. Une majorité qualifiée était nécessaire", a déclaré à la presse l'ambassadeur russe Alexandre Choulguine. "La proposition était d'avoir une enquête conjointe, conduite par la Russie et le Royaume Uni. Le directeur général de l'OIAC aurait été un médiateur", a ajouté le diplomate. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, notamment, se sont opposés à la proposition russe et d'autres qui "tenus par la discipline de l'UE et de l'Otan". Mais l'ambassadeur russe a souligné que Moscou avait eu le soutien de l'Iran, de la Chine et de certains pays africains. Selon lui, sur les 41 membres de l'OIAC, 23 pays ont voté en faveur de la motion russo-iranienne ou se sont abstenus. "Les masques sont tombés", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'ambassade de Russie à La Haye, à l'issue d'une journée de discussions tendues. Des sources diplomatiques ont indiqué à l'AFP que six pays avaient voté en faveur de la proposition russe, 15 contre et 17 se sont abstenus. Le "Royaume Uni et les Etats Unis ont totalement violé le droit international", a estimé Alexandre Choulguine, en ajoutant: "ils ont simplement peur". Au début de la réunion de l'OIAC, organisée à la demande de la Russie, Londres avait qualifié de "pervers" la proposition russe de mener une enquête conjointe sur l'empoissonnement de l'ex-agent russe et de sa fille. Londres mène sa propre enquête, avec l'assistance technique des experts de l'OIAC. (Belga)

Nos partenaires