Et si un crash d'avion arrivait chez nous?

18/07/14 à 17:12 - Mise à jour à 17:12

Source: Le Vif

Le SPF Mobilité et Transports a indiqué vendredi les démarches à suivre si un accident comparable au crash de l'avion malaisien avait eu lieu en Belgique.

Et si un crash d'avion arrivait chez nous?

© Belga

Après l'arrivée des secours, les experts doivent "sécuriser la zone du crash, rassembler un maximum d'informations ainsi que notifier à toutes les parties intéressées leur participation à l'enquête", selon le SPF Mobilité et Transports.

Les premiers intervenants sont bien entendu les services de secours et de police, peut-on lire dans le communiqué. Ensuite, le SPF Mobilité et Transports, via son Service d'enquête sur les incidents et accidents aéronautiques, l'Air Accident Investigation Unit (Belgium), est contacté et débutera l'enquête de sécurité, en parallèle avec l'enquête judiciaire ouverte par la Justice.

Les premières étapes importantes de l'enquête de sécurité seront de "sécuriser la zone de crash, rassembler toutes les informations nécessaires pour le début de l'enquête, tels que l'emplacement de l'épave, la boîte noire, enregistrements, etc." Il est ensuite convenu de "notifier à toutes les parties intéressées leur participation à l'enquête: le pays d'immatriculation de l'avion, le pays de conception de l'avion et les pays de nationalité des passagers. Puis, informer l'OACI (International Civil Aviation Organization), l'EASA (European Aviation Safety Agency) et la Commission européenne", poursuit le SPF Mobilité et Transports.

"Toutes ces parties vont donc collaborer et enquêter sur les causes et origines de l'accident avec comme priorité de pouvoir donner des réponses aux familles des victimes et le cas échéant d'émettre rapidement des recommandations de sécurité", explique encore le communiqué.

Dans le cas précis du crash intervenu jeudi en Ukraine, le SPF Mobilité et Transports rappelle avoir publié en coordination avec le gestionnaire de la sécurité du trafic aérien, Belgocontrol, un NOTAM (Notice To Airmen) destiné à la communauté aéronautique et déconseillant fortement le survol de l'espace aérien ukrainien jusqu'à nouvel ordre.

Nos partenaires