Essai nucléaire nord-coréen: réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU

06/01/16 à 07:47 - Mise à jour à 07:47

Source: Belga

(Belga) Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra une réunion d'urgence mercredi matin à New York à propos de l'annonce par Pyongyang d'un nouvel essai nucléaire nord-coréen, ont annoncé des diplomates. La réunion a été demandée par les Etats-Unis et le Japon et prendra la forme de consultations à huis clos entre les 15 pays membres.

Essai nucléaire nord-coréen: réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU

Essai nucléaire nord-coréen: réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU © BELGA

Les Etats-Unis ont notamment promis de répondre à toutes les "provocations" de la Corée du Nord, tout en se disant incapables de confirmer si ce pays avait bien effectué un essai de bombe à hydrogène, comme il le prétend. Selon des responsables, les Etats-Unis enquêtent toujours pour déterminer si la Corée du Nord a bel et bien mis au point un engin plus puissant qu'une bombe atomique ordinaire. "Nous avons été avertis qu'il y a eu une activité sismique dans la péninsule coréenne, près d'un centre d'essais nucléaires nord-coréen", a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, Ned Price, dans un communiqué diffusé dans la nuit de mardi à mercredi. "Nous surveillons et continuons d'évaluer la situation en coordination étroite avec nos partenaires régionaux". "Nous ne pouvons pas confirmer ces affirmations pour le moment", mais "nous condamnons toute violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et appelons à nouveau la Corée du Nord à respecter ses obligations et ses engagements internationaux". La Corée du Nord a testé auparavant trois fois la bombe atomique, en 2006, 2009 et 2013. Ces essais lui ont valu plusieurs volées de sanctions internationales. Il pourrait être compliqué de trouver de nouvelles mesures punitives à l'encontre de Pyongyang, après des années de sanctions extensives contre le pays et compte tenu du besoin de coordination avec les acteurs régionaux aux intérêts divergeant. En décembre, Washington avait mis en doute la véracité des propos du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, qui avait laissé entendre que son pays avait mis au point une bombe à hydrogène. (Belga)

Nos partenaires