Espagne: les socialistes ne feront pas entrer Podemos au gouvernement

04/06/18 à 13:50 - Mise à jour à 13:53

Source: Belga

(Belga) Le futur gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sanchez ne comptera pas dans ses rangs de membres de Podemos, qui demandait son entrée dans l'exécutif après avoir aidé Sanchez à renverser Mariano Rajoy, a annoncé lundi la numéro deux du Parti socialiste (PSOE).

Interrogée à la télévision publique TVE sur la possibilité qu'il y ait des ministres issus du parti de la gauche radicale, la vice-secrétaire générale du PSOE de M. Sanchez, Adriana Lastra, a répondu "non". "Dans quelques jours, les noms de ceux qui font partie du gouvernement seront rendus publics", a-t-elle ajouté, évoquant "un gouvernement paritaire, essentiellement socialiste". Pedro Sanchez, un économiste de 46 ans sans expérience du pouvoir, a prêté serment samedi devant le roi Felipe VI comme chef d'un gouvernement qu'il doit encore former d'ici le milieu de la semaine, après avoir renversé le conservateur Mariano Rajoy, grâce à une motion de censure au Parlement. Alors que le PSOE ne dispose de l'appui que de 85 députés sur 350 (84 du PSOE plus un député de gauche canarien), cette motion a notamment été adoptée grâce aux voix des 71 députés de Podemos et d'un parti allié. Adriana Lastra a répété par ailleurs que les socialistes n'avaient pas l'intention d'aller jusqu'au bout de la législature en 2020 mais comptaient convoquer des législatives anticipées, sans en préciser la date. Lors d'une conférence de presse de Podemos, frère ennemi du PSOE qui a toujours cherché à lui ravir le premier rôle à gauche, Noelia Vera, porte-parole de la formation, a confirmé lundi que "Pedro Sanchez ne nous a pas appelés pour le moment". "Nous lui avons dit qu'il est possible de construire un gouvernement courageux, solide" avec 156 députés, a dit Mme Vera, réitérant l'appel ces derniers jours de Pablo Iglesias, chef de ce parti de la gauche radicale. "Mais il semble que cela ne va pas être le choix de Pedro Sanchez, qui va opter pour un gouvernement plus faible, avec davantage de difficultés pour faire adopter des mesures progressistes". (Belga)

Nos partenaires