Espagne: le trésor d'un monastère, objet de polémique avec les indépendantistes catalans

11/12/17 à 18:28 - Mise à jour à 18:29

Source: Belga

(Belga) Une opération policière de récupération en Catalogne d'un ensemble d'oeuvres d'art ayant appartenu à un monastère du nord de l'Espagne a entraîné lundi une manifestation et des accusations de "spoliation" par les indépendantistes catalans, a-t-on appris de sources concordantes.

Au petit matin, la Garde civile et la police catalane ont pris position autour d'un musée de Lerida, en Catalogne, où se trouvaient les "biens de Sijena", 44 oeuvres qui doivent être acheminées dans la journée vers l'Aragon. "Nous devons transférer des oeuvres d'art de Lerida à Sijena sur ordre de la justice et un dispositif a été mis en place pour pouvoir exécuter" ce jugement a expliqué à l'AFP un porte-parole de la police catalane, admettant "des tensions", autour du musée, mais sans incident majeur. Selon des images de télévision, des manifestants soutenus par un parti indépendantiste s'étaient rassemblés dès l'aube devant le musée, criant "haut les mains, ceci est un hold-up!". L'opération n'est qu'un épisode d'un long conflit judiciaire opposant la région d'Aragon (nord-est) à sa voisine, la Catalogne, autour du "trésor de Sijena" ayant appartenu à un monastère de la ville de Villanueva de Sijena et vendu à la Catalogne, qui le considère désormais comme une partie de son patrimoine. Le "trésor" est composé de 97 oeuvres dont 51 ont déjà été restituées. Les 44 oeuvres se trouvant à Lerida ont été vendues en 1983 par les religieuses, sans consulter les autorités régionales ou nationales. Dans ce lot figurent trois cercueils peints datant du XVème siècle et des retables remontant aux XVIème et XVIIIème siècles notamment. La Catalogne étant sous administration directe du gouvernement central depuis le 27 octobre, après sa tentative de sécession infructueuse, l'exécution du jugement de remise a été interprétée par les indépendantistes comme un abus rendu possible uniquement par cette mise sous tutelle, alors que des recours restent ouverts. (Belga)

Nos partenaires