Espagne: l'ex-chef du PS quitte le Congrès

29/10/16 à 13:56 - Mise à jour à 13:59

Source: Belga

(Belga) L'ex-chef du Parti socialiste espagnol, Pedro Sanchez, renversé par les siens, a annoncé samedi qu'il renonçait à être député afin de ne pas avoir à laisser gouverner le conservateur Mariano Rajoy, en laissant entendre qu'il tenterait de reprendre la direction du parti.

Espagne: l'ex-chef du PS quitte le Congrès

Espagne: l'ex-chef du PS quitte le Congrès © BELGA

"Je comparais pour annoncer ma démission en tant que député", a déclaré Pedro Sanchez lors d'une brève allocution samedi matin. "Je suis en désaccord profond avec l'idée de rendre possible un gouvernement de Mariano Rajoy", a-t-il ajouté quelques heures avant le débat parlementaire d'investiture. Lors de ce débat programmé à partir de 18H30, Mariano Rajoy, au pouvoir depuis 2011, doit demander la confiance du Congrès et l'obtenir grâce à l'abstention d'une grande partie des élus socialistes. Dimanche dernier, la direction intérimaire du parti a en effet décidé que cette neutralité était préférable afin de mettre fin à la paralysie de l'Espagne, sans nouveau gouvernement depuis dix mois. Les quatre partis qui se partagent le Congrès ne sont pas arrivés à se mettre d'accord sur un candidat. Pedro Sanchez défendait le "non c'est non", au leader conservateur, lui reprochant les affaires de corruption impliquant son parti et la politique d'austérité ayant marqué son premier mandat. Mais ses opposants au sein du PSOE craignaient que cette position de blocage ne finisse par entraîner de troisièmes législatives en un an et une perte de voix pour le parti. Celui-ci a essuyé de cuisantes défaites électorales depuis qu'il le dirige en 2014. L'ancien leader du parti a précisé qu'en quittant le Congrès il voulait rester fidèle à ses idées sans rompre la discipline imposée par la direction du parti qui a demandé aux élus de s'abstenir. Une dizaine d'élus socialistes envisagent en effet de voter "non" à Mariano Rajoy, malgré ces consignes de vote. M. Sanchez, qui n'a pu réprimer les sanglots en annonçant son départ, a aussi assuré qu'il prendrait dès lundi sa voiture pour aller à la rencontre des militants aux quatre coins de l'Espagne, laissant entendre qu'il pourrait briguer un nouveau mandat de secrétaire général lors du prochain congrès du parti socialiste. "Je reste au service du militantisme", a-t-il dit en réclamant que dès lundi la direction intérimaire convoque ce congrès. "Je ne manquerai pas au rendez-vous", des primaires, a-t-il ajouté. (Belga)

Nos partenaires