Eric Van Rompuy : "Le Premier ministre est devenu la marionnette de la N-VA"

07/01/18 à 14:41 - Mise à jour à 14:41

Source: Belga

Le président de la Commission des Finances de la Chambre, Eric Van Rompuy (CD&V), en a appelé dimanche au respect du parlement. Evoquant la crise soudanaise, il n'a pas mâché ses mots envers le Premier ministre, Charles Michel. Selon lui, le chef du gouvernement fédéral est devenu la "marionnette" de la N-VA.

Eric Van Rompuy : "Le Premier ministre est devenu la marionnette de la N-VA"

© Belga

Lors de sa dernière réunion de 2017, le gouvernement a décidé de confier au Commissariat Général aux Réfugiés et Apatrides (CGRA) la mission de mener une enquête sur les mauvais traitements qu'auraient subis des ressortissants soudanais après leur rapartiement. Le 2 janvier, le Premier ministre a publié sur Facebook un message appelant à la nuance dans le débat sur cette question et justifiant la politique menée par l'exécutif.

Ce faisant, le Premier ministre a couvert politiquement le secrétaire d'Etat Theo Francken alors même que l'enquête n'a pas livré ses résultats, accuse le député. "Cela témoigne de peu de respect envers le parlement. Ce faisant, le Premier ministre est devenu la marionnette de la N-VA".

Jeudi, la Chambre se prononcera sur les motions déposées à la suite des interpellations adressées à M. Francken avant les vacances. Les jeux sont faits, à lire le député. "Les positions ont déjà été prises dans les médias et Francken a maintenant un blanc-seing pour continuer à suivre sa ligne de communication sur Twitter et Facebook".

De manière plus générale, le rôle et le pouvoir du parlement vont en se réduisant, constate M. Van Rompuy. "Le parlement doit réfléchir profondément à son mode de fonctionnement. Au lieu de s'occuper de la rémunération et du cumul des mandats, on doit réfléchir à la façon dont, en cette époque de médias sociaux et de sites d'information 24h/24, on peut encore être pertinent dans le débat public. Le parlement risque de devenir une machine à voter pour garantir au gouvernement une majorité dans les commissions et en séance plénière. Parfois, j'essaie d'être critique dans cette majorité mais cela passe pour de la 'frustration' (sic)".

Nos partenaires