Equateur: Correa lance une campagne contre le président Moreno

07/01/18 à 03:56 - Mise à jour à 03:58

Source: Belga

(Belga) L'ancien président de l'Equateur Rafael Correa a lancé samedi une campagne contre l'actuel président Lenin Moreno, son ancien allié devenu son ennemi politique.

S'adressant à plusieurs centaines de ses partisans à Montecristi, sur la côte Pacifique de l'Equateur, M. Correa, qui a présidé le pays de 2007 à 2017, a appelé à voter "non" au référendum que M. Moreno a convoqué pour le 4 février. Lors de cette consultation, M. Moreno veut soumettre aux électeurs une série de réformes politiques largement considérées comme visant à liquider l'héritage politique de M. Correa, dont il a été le vice-président. Parmi les mesures proposées figure la suppression de la possibilité de se présenter un nombre illimité de fois à l'élection présidentielle. Cette possibilité avait été introduite par M. Correa alors qu'il était au pouvoir et avait pour objectif, selon certains analystes, de permettre son retour au pouvoir en 2021. Dans son discours, M. Correa a qualifié son ancien allié de "traître" et a déclaré que le référendum qu'il a convoqué était "inconstitutionnel". "Sept fois non !" au référendum, a lancé l'ancien président de gauche, tandis que ses partisans agitaient des drapeaux du mouvement Alianza Pais. M. Moreno, arrivé au pouvoir en mai 2017, a été évincé en novembre du mouvement Alianza Pais, qui est désormais divisé entre "corréistes" et "morénistes". M. Correa, un économiste de formation âgé de 54 ans, est rentré vendredi de Belgique où il réside avec sa famille pour lancer une campagne d'un mois pour le "non" au référendum de février. Par ailleurs, l'Assemblée nationale a désigné samedi comme nouvelle vice-présidente de l'Equateur Maria Alejandra Vicuna, en remplacement de Jorge Glas. M. Glas a été démis de ses fonctions en raison du fait qu'il est emprisonné sous l'accusation d'avoir reçu des pots-de-vin du groupe brésilien de BTP Odebrecht. Placé en détention préventive le 2 décembre, M. Glas a été condamné le 13 décembre à six ans de prison pour avoir perçu 13,5 millions de dollars de pots-de-vin du groupe brésilien. M. Glas affirme qu'il est innocent. Proche de allié de l'ancien président Correa, il se dit victime d'une chasse aux sorcières. (Belga)

Nos partenaires