En recul, le PS reste dominant dans tout le bassin liégeois

14/10/12 à 21:59 - Mise à jour à 21:59

Source: Le Vif

Malgré une érosion dans de nombreuses communes, le Parti socialiste conserve de nombreuses majorités absolues en région liégeoise, où il demeure de loin le premier parti.

En recul, le PS reste dominant dans tout le bassin liégeois

© Image Globe

De nombreux socialistes liégeois attendaient avec appréhension ce dimanche 14 octobre. Lors des élections communales de 2006, marquées par les "affaires", le PS avait reculé dans presque toute la Wallonie. Sauf en région liégeoise, où il avait maintenu - et même renforcé - son leadership. La comparaison entre 2012 et 2006 risquait donc de faire mal.

Verdict : le PS se tasse effectivement dans la plupart des communes de la métropole liégeoise. Il est en recul à Liège, à Ans, à Seraing, à Saint-Nicolas, à Flémalle, à Grâce-Hollogne... Les socialistes chutent aussi à Chaudfontaine, une commune où ils représentent la deuxième force politique, et où l'écart avec le MR s'aggrandit.

Seules deux localités font exception. A Herstal, d'abord, le PS passe de 50,9 à 51,1 %, tandis que Frédéric Daerden double presque son nombre de voix de préférence. A Oupeye, ensuite, la liste du bourgmestre Mauro Lenzini grimpe à 44,9 % (elle obtenait 38,1 % en 2006).

Les reculs enregistrés par le PS n'érodent toutefois pas sa position de premier parti dans l'agglomération liégeoise. La liste emmenée par Alain Mathot perd deux sièges à Seraing, mais recueille toujours plus de 50 % des voix. Le PS conserve également sa majorité absolue à Flémalle, à Grâce-Hollogne et Saint-Nicolas (où il chute pourtant lourdement, passant de 64,6 à 56,6 %). Quant au bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, il peut se targuer d'avoir porté son parti à un score quasi égal à celui de 2006 : presque 38 % des voix, davantage que le MR et le CDH réunis.

Bref, le PS reste intouchable dans ses bastions. Sauf peut-être à Ans, où le départ de Michel Daerden lui coûte cher : il avait obtenu 52,8 % des suffrages en 2006, il se situe désormais à 43 %. Une vraie gifle pour le bourgmestre Stéphane Moreau, l'un des principaux leaders de la fédération socialiste liégeoise.

François Brabant

En savoir plus sur:

Nos partenaires