En Europe, une femme sur cinq est victime de violences physiques

25/11/15 à 15:52 - Mise à jour à 15:59

Le 25 novembre, c'est la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes. En moyenne, dans le monde, au moins une femme sur trois est battue, victime de violence sexuelle ou maltraitée au cours de sa vie.

En Europe, une femme sur cinq est victime de violences physiques

© iStock

Le 25 novembre, les Nations Unies organisent la Journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes. Cette journée existe depuis décembre 1999. Son objectif est de promouvoir le droit des femmes et de sensibiliser le public en l'information sur les situation des femmes.

La forme la plus courante est la violence physique infligée par le partenaire. En moyenne, dans le monde, au moins une femme sur trois est battue, victime de violence sexuelle ou maltraitée au cours de sa vie. Le viol et la violence conjugale représentent pour une femme âgée de 15 à 44 ans un risque plus grand que le cancer, les accidents de la route, la guerre et le paludisme réunis, selon les données de la Banque mondiale. Une femme sur cinq sera victime de viol ou de tentative de viol au cours de sa vie, rapporte Libération.

En Europe, une femme sur cinq est victime de violences physiques

© Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne

Une femme sur cinq en Europe a subi des violences physiques ou sexuelles, presque une sur deux des violences psychologiques, selon une enquête de l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne parue l'an dernier.

Si le constat est déjà affolant, on peut également déduire que les chiffres données sont sans doute en deçà de la réalité. Les femmes ont souvent peur de parler, car peur des représailles ou de ne pas être entendues. D'où l'intérêt, pour les organisateurs de cette journée, d'informer, mais aussi d'aider et de soutenir les femmes qui en ont besoin.

En Belgique, près de 40.000 plaintes enregistrées en 2014

Selon les chiffres de la police fédérale, 39.668 plaintes ont été enregistrées en 2014 pour des faits de violences entre partenaires, rapporte l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes. Une campagne intitulée "Réagissez avant d'agir!" a été lancée et s'adresse principalement aux jeunes hommes âgés de 18 à 25 ans.

L'an dernier, 19.842 plaintes concernaient des violences physiques, 18.320 plaintes des violences psychologiques, 1.389 plaintes des violences économiques et 117 plaintes des violences sexuelles. En outre, 117 affaires de meurtre, tentative de meurtre ou d'assassinat dans un contexte de violences entre partenaires ont été enregistrées auprès des parquets correctionnels belges .

Trois vidéos, qui abordent les violences physiques, verbales et sexuelles faites aux femmes, sont diffusées sur Youtube, Google et Facebook. Elles mettent en évidence le "temps mort, laps de temps que toute personne devrait prendre avant de céder à la violence". Les vidéos sont à retrouver sur http://stop.violenceentrepartenaires.be/.

Lancement de la campagne Ruban blanc

La campagne Ruban blanc se déroulera du 25 novembre au 6 décembre. L'action vise à sensibiliser le grand public au thème de la violence subie par les femmes.

Pour contrer ce phénomène, quinze maisons d'accueil, spécialisées en violence conjugale, sont réparties sur le territoire wallon. Un travail de réseau est effectué entre les différentes zones de police et les intervenants psychosociaux.

En Wallonie, en 2009, la ligne "Ecoute violences conjugales" a vu le jour. Le numéro gratuit 0800/30.030 propose une écoute spécialisée.

O.L. avec Belga

Nos partenaires