En Asie, développement du commerce illégal d'espèces menacées sur les résaux sociaux

03/03/16 à 07:23 - Mise à jour à 07:23

Source: Belga

(Belga) Les réseaux sociaux tels Facebook et Instagram sont de plus en plus utilisés en Asie comme des plateformes pour le commerce illégal d'espèces menacées comme les orangs-outans et les ours malais, ont dénoncé jeudi des défenseurs de la nature et des animaux.

En Asie, développement du commerce illégal d'espèces menacées sur les résaux sociaux

En Asie, développement du commerce illégal d'espèces menacées sur les résaux sociaux © BELGA

Cette tendance représente une sérieuse menace dans une région du monde très portée sur les nouvelles technologies, où les produits dérivés de différentes espèces sont recherchés dans la médecine traditionnelle et où les animaux exotiques sont très prisés, soulignent le Fonds mondial pour la nature (WWF) et l'ONG de surveillance du commerce des espèces sauvages Traffic. "Les trafiquants ont clairement recours à des méthodes non conventionnelles de vente, telle l'utilisation de portails en ligne et réseaux sociaux, afin d'éviter d'être détectés, de capter une plus grande audience et d'augmenter l'efficacité et la commodité des transactions", observe l'ONG dans un rapport publié en cette Journée mondiale de la faune et la flore. Un nombre croissant de trafiquants utilisent des groupes fermés d'utilisateurs sur Facebook et des forums en ligne protégés par des mots de passe pour atteindre des clients asiatiques. En Chine, en l'espace d'un mois l'an passé, des milliers de produits d'ivoire, 77 cornes de rhinocéros et un grande nombre d'espèces d'oiseaux en danger étaient à la vente sur des sites comme QQ et WeChat, populaires en Chine, observe Traffic. Sur une période de 50 heures l'an passé, Traffic a observé 14 groupes de commerce illégal de faune et flore sur Facebook s'adressant à des consommateurs en Malaisie. Ces groupes totalisaient plus de 67.500 membres actifs. Les groupes sur Facebook peuvent rapidement changer de nom ou fermer un compte et apparaître sous un autre, des pratiques qui mettent en relief les difficultés à lutter contre ces pratiques. Contacté par l'AFP, Facebook s'est refusé à tout commentaire. (Belga)

Nos partenaires