En 2013, Ecolo veut le redéploiement durable plutôt que la musculation préélectorale

21/01/13 à 15:08 - Mise à jour à 15:08

Source: Le Vif

Ecolo a fait du "redéploiement durable" sa revendication prioritaire à l'occasion des voeux qu'il présentait lundi pour 2013, à la presse et à ses militants. Ce redéploiement durable qui doit être défini dans une perspective à long terme doit servir la cohésion sociale, en Wallonie et à Bruxelles, en intégrant les nouvelles compétences de la réforme de l'Etat, ont dit les deux coprésidents du parti. Pourfendant l'inaction du gouvernement fédéral, ils ont estimé que 2013 ne pourrait se limiter à des échanges de propos musclés sur fond de précampagne.

En 2013, Ecolo veut le redéploiement durable plutôt que la musculation préélectorale

© Image Globe

Alors que le PS vient d'opérer un important remaniement interne, et que les échanges d'amabilités, intrafrancophones, entre PS et MR, ou communautaires, entre PS et N-VA, ont repris de plus belle ces derniers jours, Ecolo a appelé lundi le gouvernement fédéral à l'action. "2013 devra être autre chose que des mouvements de troupes avant la grande bataille électorale de 2014", a indiqué Olivier Deleuze. Selon lui, l'immobilisme et les échanges du type "il nous faudra passer sur le corps" ne mèneront à rien.

"C'est d'une vraie réforme de la Wallonie et de Bruxelles, celle qui redéploie, celle qui réenchante" dont ont besoin les citoyens, a ajouté Emily Hoyos. "Bruxelles, ville du monde, a une identité particulière, elle tire ses racines des 'ketjes van Brussel', elle est ouverte aux autres cultures, et doit nécessairement entretenir un lien fort avec la Wallonie", a dit Olivier Deleuze. Mais Bruxelles et la Wallonie, ce sera aussi "une communauté de destins si les choses se gâtaient" par ailleurs, a-t-il précisé.

Au nom de la "solidarité", Bruxelles et la Wallonie devront également développer des "synergies", a-t-il dit, et notamment gérer, avec les partenaires sociaux, les compétences qui touchent à la santé ou à la personne handicapée.

Mais Bruxelles doit urgemment se réorganiser en interne, a lancé Olivier Deleuze. "Je ne comprends pas la lenteur en matière de simplification des mécanismes", a-t-il dit, évoquant la nécessité de limiter le cumul des mandats ou d'envisager une meilleure coordination des zones de police. Cela aiderait pourtant les intérêts bruxellois face aux critiques externes, a-t-il précisé.

Emily Hoyos a assuré qu'Ecolo se battrait à tous les niveaux de pouvoirs pour "mieux protéger nos valeurs" en exigeant des droits douaniers, sociaux et environnementaux, face à la Chine ou pour éviter le dumping social qui menace même les services publics comme le Forem.

Au fédéral, la coprésidente a estimé qu'il était "temps que le gouvernement arrête de rechercher l'équilibre budgétaire sur le dos des plus fragiles, les jeunes, les femmes et les communes qui accueillent l'exil social". Elle a souligné la prise en charge de plus en plus forte par les CPAS de la précarité depuis la crise de 2008, une donne qui devrait encore augmenter. Evoquant par ailleurs l'arrivée de riches Français fuyant l'impôt sur la fortune outre Quiévrain, elle a également dénoncé un système qui, en Belgique érige certaines communes en "terres d'exil fiscal".

Quelques figures de proue de Groen étaient également présentes lundi aux voeux d'Ecolo.

En savoir plus sur:

Nos partenaires