Elio Di Rupo rencontrera le roi vendredi

29/07/10 à 12:03 - Mise à jour à 12:03

Source: Le Vif

Le préformateur Elio Di Rupo se rendra vendredi au Palais pour faire un rapport au Roi, a indiqué son porte-parole. Il s'est refusé à dire si le rapport au Roi sera intermédiaire ou définitif.

Elio Di Rupo rencontrera le roi vendredi

© Reuters

Les représentants des sept partis qui se retrouveront ce jeudi après-midi continueront leurs discussions et feront l'évaluation de la préformation, a-t-il ajouté. Selon le porte-parole, "le climat de travail est sérieux et empreint de respect mutuel mais la situation est complexe".

Plusieurs médias surtout flamands se montraient jeudi matin pessimistes quant aux chances de réussite de la négociation. Excessif, jugeait-on du côté francophone. La dramatisation est une phase classique de toute négociation; elle peut servir à mieux "vendre" ensuite un accord mais elle peut aussi refléter l'état d'esprit des partis flamands. On ajoute que les partis francophones "n'ont encore jamais montré autant de bonne volonté". "Si cela ne va pas cette fois c'est qu'ils (les partis flamands) n'accepteront jamais rien", commentait-on encore.

Selon certains négociateurs "on tourne en rond, on revient toujours avec les mêmes sujets". Un des exemples est la présence ou non des écologistes dans le futur gouvernement fédéral. A ce propos, les Verts répètent qu'ils n'ont pas changé d'avis. Ils sont prêts à soutenir une réforme de l'Etat de l'extérieur mais n'entreront dans le gouvernement fédéral qu'avec Groen!. On aurait d'ailleurs reproposé à celui-ci un secrétariat d'Etat et rien d'autre, c'est-à-dire qu'il ne serait toujours pas considéré comme un partenaire gouvernemental à part entière.

Selon un des négociateurs, la clé est entre les mains de la N-VA. Les francophones veulent arriver à un accord tout comme le sp.a et Groen!. L'attitude du CD&V est moins claire, et c'est à la N-VA de trancher, commentait-il. "Nous sommes à un moment crucial", disait-il.

Du côté flamand, dans un des partis l'on expliquait qu'il était peut-être temps qu'Elio Di Rupo "abatte ses cartes". "Sans critiquer la méthode, il serait peut-être bon de passer à une véritable phase de égociations", précisait-on. On soulignait aussi le président de la N-VA, Bart de Wever, devrait également sortir du bois.

Le vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires