Eliane Tillieux veut donner un souffle nouveau à Namur

29/04/12 à 15:48 - Mise à jour à 15:48

Source: Le Vif

La candidate PS aux élections communales namuroises, membre de l'opposition communale et ministre wallonne, Eliane Tillieux, a lancé la campagne communale et s'est positionnée contre le Bourgmestre cdH de Namur, Maxime Prévot, dans son discours à l'occasion de la MixCité, fête des travailleurs du PS namurois, place Saint-Aubain.

Eliane Tillieux veut donner un souffle nouveau à Namur

© Image Globe

"Cette veille du 1er mai marque officiellement le début de la campagne communale. Si Maxime Prévot, lors de son auto-intronisation comme bourgmestre de Namur, en a appelé au réveil de Namur - je m'interroge au passage sur cet aveur d'avoir engourdi notre ville pendant plus de cinq ans - je relève qu'il affiche ses vraies valeurs et son choix de société en annonçant que s'il devait voter en France, il voterait Sarkozy", a martelé Eliane Tillieux.

La candidate PS a émis le souhait de réveiller la ville, grâce à l'attention portée aux citoyens, à l'invention et à l'union, promettant un programme crédible pour la capitale: "Namur dispose de tant d'atouts négligés par une majorité qui a préféré se reposer sur ses lauriers. Nous allons refaire vivre la ville au rythme de projets novateurs. Tout ce que la majorité a dit qu'elle allait faire, sans le faire, pendant cinq ans, si ce n'est pour pondre un schéma de structure qui prépare l'étouffement." Sans le PS, dit Eliane Tillieux, le réveil de Namur ne serait qu'"un feu de paille, qu'un lifting cosmétique bon chic bon genre".

Luperto présente le PS en sauveteur de la crise

Le président du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et bourgmestre de Sambreville, Jean-Charles Luperto, a présenté le parti socialiste comme "le seul qui place l'humain avant l'argent", dans son discours à l'occasion de MixCité.

"Certains attendaient un tournant financier où il eut été possible de libéraliser à la mitraillette et ont espéré le pire pour mettre à jour un système exonérant plus encore l'argent du capitalisme et creusant davantage la précarité. Mais grâce à ce parti, le pire a pu être sauvé", a indiqué Jean-Charles Luperto qui a salué le travail du Premier ministre Di Rupo.

La ministre wallonne, Eliane Tillieux, s'est choquée des propos de Charles Michel de mettre fin à l'assistanat: "Lequel? Celui accordé aux banques, aux grandes entreprises par les cadeaux fiscaux ou aux grandes fortunes?"

Guy Fays, secrétaire régional de la FGTB Namur, a dénoncé la crise, "résultat de quarante ans de libéralisme forcené", et le "triomphe de la cupidité", s'opposant aux bas impôts des grandes entreprises et à l'augmentation des revenus des actionnaires au détriment des salaires.

"Pour échapper au cycle infernal de la paupérisation européenne, il existe un parti dont les valeurs sont la solidarité, l'humain et la justice sociale. J'encourage ceux qui vont s'engager à faire valoir ces principes à la province et dans nos communes, afin qu'ils deviennent la seule référence du vivre ensemble en Wallonie", a martelé Jean-Charles Luperto.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires