Electrabel regrette "la confusion" sur l'avenir du nucléaire

30/10/11 à 10:46 - Mise à jour à 10:46

Source: Le Vif

Electrabel regrette la confusion sur l'avenir du nucléaire et demande des décisions claires.

Electrabel regrette "la confusion" sur l'avenir du nucléaire

© Image Globe/ERIC LALMAND

Vendredi, les négociateurs pour la formation d'un gouvernement fédéral ont abordé le dossier énergie. Selon plusieurs sources concordantes, le principe de sortie du nucléaire à partir de 2015 n'a pas été remis en cause. Mais les points de vue variaient sur le calendrier de cette sortie.

Une situation qu'Electrabel regrette, évoquant une "impression de grande confusion". "Dans une matière aussi fondamentale pour l'économie nationale, il est essentiel que des décisions claires soient prises et communiquées. Il s'agit de donner aux opérateurs, actuels ou potentiels, et à leur personnel la visibilité dont ils ont besoin pour programmer leurs activités et leurs investissements", réagit dans un communiqué la filiale de GDF Suez.

Electrabel souligne que "de nombreuses études" sur la capacité de production disponible ont été menées en Belgique ces 10 dernières années et que le gouvernement a conclu il y a deux ans à la nécessité de prolonger pour 10 ans la durée d'exploitation des unités de Tihange 1 et Doel 1 et 2.

"Différer toute décision dans l'attente d'une énième étude sur le calendrier des besoins en capacités ou se fonder sur des solutions de très court terme, comme la prolongation 'de un ou deux ans' d'unités nucléaires, serait dommageable et irréaliste", estime encore le producteur d'énergie.

"La décision relative à l'avenir du nucléaire est un choix éminemment politique qu'il n'appartient évidemment pas à Electrabel d'influencer. Mais la décision éventuelle de fermer les trois centrales devra aussi être expliquée quant à ses conséquences les plus probables", poursuit Electrabel. Et l'entreprise d'évoquer comme conséquences une dépendance accrue de la Belgique vis-à-vis des pays voisins, un impact négatif sur le bilan CO2 du pays ainsi qu'une hausse "plus que probable" des prix de l'électricité.

LeVif.be avec Belga

Nos partenaires