Electrabel "profite de l'hystérie autour du black-out"

04/12/14 à 10:42 - Mise à jour à 10:42

Source: Belga

L'ancien vice-Premier ministre sp.a Johan Vande Lanotte déplore, dans un article publié par le Laatste Nieuws, "l'hystérie" qui entoure selon lui la possibilité d'un black-out énergétique en Belgique. La situation "profite à Electrabel et à tout le secteur nucléaire", dit-il.

Electrabel "profite de l'hystérie autour du black-out"

Johan Vande Lanotte © Belga

"Il ne faut pas être particulièrement méfiant pour voir que le secteur nucléaire y a tout intérêt", affirme le socialiste flamand. "D'abord, deux centrales tombent à cause des micro-fissures. Et juste avant l'hiver, alors que Doel 1 doit être mise hors de circulation, Doel 4 tombe aussi, à cause d'un prétendu acte de sabotage. On fait peur à tout le monde".

Pour M. Vande Lanotte, la peur du black-out conduit à délivrer un message clair à la population: "sans énergie nucléaire, les lumières s'éteignent". "Et la nouvelle ministre de l'Energie, Marie-Christine Marghem, vient nous annoncer qu'elle doute de la sécurité d'approvisionnement si nous fermons Doel 1 et Doel 2. Il faut être aveugle pour ne pas voir qu'Electrabel en bénéficie.

C'est cousu de fil blanc". M. Vande Lanotte précise qu'il n'accuse personne directement, mais il "constate qu'une atmosphère est créée dans laquelle on suggère qu'on ne peut pas réussir sans le nucléaire". De son côté, Electrabel dément tirer profit de la situation. "Que tant de centrales soient à l'arrêt nous coûte beaucoup d'argent", affirme la société.

Nos partenaires