Élections communales : Pourquoi Groen reprend le lead à Anvers

13/10/17 à 10:18 - Mise à jour à 10:25

Source: Knack

Dimanche, les instances anversoises de Groen et de la sp.a donneront leur feu vert pour une liste progressive à Anvers. Selon une information confirmée à nos confrères de Knack, Wouter Van Besien (Groen) sera tête de liste. Étonnamment, la commissaire de police Jinnih Beels figurera en deuxième position.

Élections communales : Pourquoi Groen reprend le lead à Anvers

Wouter Van Besien © Belga

Le sort en est jeté: à Anvers, vert et rouge s'associent pour reprendre l'hôtel de ville à Bart de Wever. De longues discussions ont mené à un accord historique, et pour la première fois, le sp.a laisse la tête de liste à Wouter Van Besien, de Groen. Dans les derniers sondages, Groen s'est, en effet, érigé en challenger de la N-VA à Anvers.

Les deux négociateurs sp.a ne se sont pas rebiffés: le président des socialistes anversois Tom Meeuws se rend compte qu'il manque de notoriété et que s'il devient tête de liste le cartel a moins de chances de réussir qu'avec l'ancien président de Groen Wouter Van Besien. La seconde négociatrice sp.a , Kathleen Van Brempt, se rendait compte qu'après le départ de Patrick Janssens son parti n'avait pas de candidat-bourgmestre crédible. Une tête de liste externe épargne une lutte d'arrière-garde à la sp.a.

Du coup, le projet sera présenté lors d'une conférence de presse conjointe ce vendredi. La liste se composera de socialistes, d'écologistes et de suffisamment d'"indépendants". Wouter Van Besien (Groen) sera donc tête de liste, le président du sp.a Tom Meeuw figurera en troisième position. La loi stipule que la deuxième position doit être occupée par une femme : ce sera une indépendante. Si le nom est surveillé comme un secret d'État, plusieurs sources confirment à Knack qu'il s'agirait de Jinnih Beels, la commissaire de police qui définit la politique de diversité à Malines.

Ils voteront dimanche: chez Groen, il faut une majorité à deux-tiers. Pourtant, les instances de parti ne prévoient pas de problèmes. Au sp.a - qui cède la tête de liste à un parti au poids électoral bien plus réduit - on est plus enthousiaste à propos du projet rouge-vert qu'au sujet de la Stadslijst sp.a et CD&V avec laquelle Patrick Janssens avait été honteusement battu en 2012. "La Stadslijst était un imposé par la hiérarchie, d'après une logique de parti politique, mais contraire à la réalité sociale. À présent, c'est très différent. Les verts et les rouges se rencontrent en permanence. Ce cartel répond à une réalité sociétale et aurait dû exister depuis longtemps", explique un responsable du parti socialiste flamand.

Nos partenaires