Bert Bultinck
Bert Bultinck
Rédacteur en chef de Knack
Opinion

17/05/18 à 16:21 - Mise à jour à 16:57

Élections:"Alors que la gauche mène de mini-guerres d'intellectuels, la droite marque des points auprès du peuple"

"Si les classes sociales dominantes s'en tirent mieux que les autres, mais si en plus elles vont humilier ces classes, les qualifier de 'bêtes' ou d'intolérants, c'est le commencement de la fin", estime le rédacteur en chef de Knack Bert Bultinck.

Geert Buelens le dit. Mark Elchardus le dit. Bruno Tobback le dit. Outre toutes les différences mutuelles, ces trois faiseurs d'opinions impudemment de gauche portent un message similaire : l'élite de gauche a longtemps été beaucoup trop prétentieuse, non seulement contre les opposants intellectuels de droite, mais autant contre les ouvriers, la classe moyenne inférieure et les personnes moins qualifiées qu'elle disait pourtant défendre. C'est le professeur de littérature Geert Buelens qui a mis le feu aux poudres à l'occasion de la sortie de son livre "De jaren zestig" (les années soixante) : "Nous payons cash l'arrogance culturelle des baby-boomers". Quand la gauche a commencé à s'acoquiner au pouvoir, elle a trahi son potentiel critique : "Si l'avant-garde n'est plus contre le pouvoir, alors contre qui est-elle ? Uniquement contre la populace ? Si ce n'est pas aso...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires