Egypte: deux ans de prison pour un écrivain ayant décrit des scènes d'amour

20/02/16 à 19:57 - Mise à jour à 19:57

Source: Belga

(Belga) Un jeune écrivain égyptien a été condamné samedi à deux ans de prison pour "outrage à la pudeur" après la publication dans une revue littéraire d'un chapitre de son roman contenant des scènes sexuelles, a indiqué un responsable judiciaire.

Un lecteur de la revue étatique littéraire Akhbar al-Adab avait porté plainte pour la publication en août 2014 d'un chapitre du roman "L'usage de la vie", d'Ahmed Naji. Ces extraits contenaient notamment des scènes dans lesquels les personnages sont décrits en train de faire l'amour, a indiqué l'avocat de l'auteur, Me Mahmoud Othman. En janvier, un tribunal de première instance avait acquitté M. Naji, mais le parquet avait fait appel. Samedi, une cour d'appel du Caire a condamné le jeune artiste à deux ans de prison pour "outrage à la pudeur", selon un responsable de cette cour. Présent à l'audience, M. Naji a été arrêté, mais il peut encore interjeter appel. Le rédacteur en chef de Akhbar al-Adab, Tarek al-Taher, a été condamné à une amende de 10.000 livres égyptiennes (environ 1.150 euros) pour la publication des extraits, a précisé le responsable. "L'usage de la vie" rapporte sur un ton surréaliste les pérégrinations de Bassam, jeune homme plein de frustration habitant au Caire. Deux célèbres écrivains égyptiens, Sonallah Ibrahim et Mohamed Salmawy, avaient témoigné en faveur de M. Naji devant la cour lors du jugement en première instance. Le verdict est "contraire à la constitution qui interdit les peines privatives de liberté pour les artistes jugés pour leurs oeuvres", s'est insurgé M. Othman. L'avocat a précisé que lors du premier procès "la défense avait présenté des romans du patrimoine islamique et arabe qui contiennent des expressions similaires" à celles utilisées par M. Naji dans son oeuvre. (Belga)

Nos partenaires