Effort budgétaire : Charles Michel grogne contre les entités fédérées

24/10/11 à 13:30 - Mise à jour à 13:30

Source: Le Vif

Charles Michel, le président du MR, revient de façon musclée sur l'effort d'assainissement budgétaire. Pour lui les entités fédérées doivent aussi participer à l'effort, et la " Flandre en particulier "

Effort budgétaire : Charles Michel grogne contre les entités fédérées

© Belga

Pour permettre à l'Etat fédéral de continuer à assumer ses responsabilités il est primordial que les entités fédérées participent à l'effort pour réduire le déficit budgétaire. "Et ce dès l'année 2012. C'est ce qui a toujours été prévu" a affirmé Charles Michel lors d'une conférence de presse à Bruxelles ce lundi matin.

La Flandre doit encore faire plus d'efforts que les autres régions selon Charles Michel, puisque la situation financière y est meilleure que dans le sud du pays. Par ailleurs la Flandre aurait beaucoup à gagner d'une bonne gestion du fédéral.

Monsieur Michel a rappelé que le formateur, Elio Di Rupo, devait rencontrer les ministres-présidents des Régions et Communautés à ce propos.

Cette vive réaction du président du MR fait suite à la proposition formulée vendredi par M. Di Rupo, lors des négociations en vue de la formation d'un nouveau gouvernement fédéral, de ne réclamer un effort des entités fédérées qu'à partir de 2013.

Le MR veut aussi s'attaquer au "gaspillage" des entités fédérées. Et Charles Michel d'égrainer une liste de dépenses inutiles à Bruxelles en Wallonie. Le tout s'élevant à un montant total de 191 millions. Des régions dans lesquelles, pour rappel, le parti se trouve dans l'opposition.

Une idée simpliste

Le ministre-président du gouvernement wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte a rejeté lundi l'idée du MR de faire davantage contribuer les entités fédérées à l'effort budgétaire pour 2012, la qualifiant de "simpliste".

Refusant d'attribuer cette prise de position des libéraux à leur absence au niveau régional et communautaire, Rudy Demotte ne peut "s'empêcher d'y déceler une demande simpliste qui ne tient pas compte de la situation réelle et des efforts effectués par les entités fédérées", a-t-il indiqué dans un communiqué. Citant notamment le chiffre de 252 millions d'économies pour 2011. N'entendant pas participer à "une sorte d'opposition que l'on tenterait de dresser entre les différents niveaux de pouvoir", le ministre-président wallon invite plutôt les responsables politiques -et MR en particulier- à "placer les citoyens au coeur de chacune de leurs préoccupations".

Un règlement de compte mesquin

Le ministre-président de la Région bruxelloise Charles Picqué (PS) a condamné lundi les propos du président du MR, Charles Michel : "Parce que son parti n'est pas dans les majorités régionales, Charles Michel adopte une posture hostile et stérile vis-à-vis des Régions et Communautés", a commenté Charles Picqué dans un communiqué. Il juge que "dans la période d'incertitude économique que nous traversons, l'heure n'est pas aux règlements de compte mesquins".

A ses yeux, Charles Michel serait "bien avisé" de soutenir les Régions et les Communautés pour les aider à affronter le plus efficacement possible les défis de la formation et de l'éducation, de la lutte contre le chômage et de l'insécurité, ou encore du développement économique.

Marcel Cheron, le chef de groupe Ecolo à la Fédération Wallonie-Bruxelles a appelé les Réformateurs à prendre leurs responsabilités au niveau fédéral, particulièrement en matière fiscale ou de régulation bancaire.

"En 2009, nous avons négocié des trajectoires d'un retour à l'équilibre prévu en 2015. On ne peut pas faire comme s'il n'y avait pas eu un travail conséquent dans les Régions et à la Communauté depuis lors.

Pas de leçon à recevoir

Nous n'avons aucune leçon à recevoir alors que le fédéral pendant des années a offert des cadeaux fiscaux, comme les intérêts notionnels, ou n'a pas procédé à la régulation des banques que tout le monde attendait et dont l'absence nous a contraints à intervenir en faveur de Dexia", a-t-il déclaré.

En ces temps budgétaires difficiles, Ecolo a exhorté le MR à renoncer à ses promesses et à ses grandes déclarations.

LeVif.be avec Belga

Nos partenaires