Effectifs de la police fédérale à Bruxelles: Picqué tire la sonnette d'alarme

15/06/15 à 21:05 - Mise à jour à 21:04

Source: Belga

Le bourgmestre de Saint-Gilles et actuel président de la zone de police de Bruxelles Midi, Charles Picqué, a tiré lundi la sonnette d'alarme au sujet d'un projet de réorganisation de la police fédérale qui impliquerait une diminution de plus de 100 policiers - sur un total de 260 Équivalents Temps Plein actuellement - affectés à la réserve fédérale d'appui des zones de police bruxelloises.

Effectifs de la police fédérale à Bruxelles: Picqué tire la sonnette d'alarme

© BELGA

Disant avoir adressé un courrier à ce sujet au ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), M. Picqué a rappelé que la réserve fédérale "dont la capacité mobilisable atteint déjà un seuil critique" est pourtant indispensable, en particulier dans le contexte actuel, dans la mesure où elle vient en appui des zones de police bruxelloises lors d'opérations de maintien de l'ordre, de grèves dans les prisons, etc.

En cas de concrétisation, cette mesure s'ajouterait, d'après lui, aux autres décisions déjà prises par le gouvernement fédéral: confirmation explicite du ministre de l'Intérieur de ne pas revoir la norme KUL alors que tous les observateurs s'accordent à dire non seulement que la charge de travail des zones de police bruxelloises a été sous-évaluée dès le début de la réforme des polices; la diminution de la dotation fédérale aux zones de police ou encore la diminution des moyens alloués aux services de police, qui a des impacts directs sur les activités opérationnelles.

Pour Charles Picqué, la situation de la sécurité à Bruxelles n'est plus tenable. Le nombre d'heures supplémentaires dans les zones de police bruxelloises s'accumule, et il y a lieu de s'interroger également sur ce que prévoit le gouvernement si les dispositifs de sécurité assurés par l'armée devaient être retirés.

M. Picqué estime que si le gouvernement fédéral persiste dans cette logique, les communes n'auront d'autre choix que de répercuter tôt ou tard la note sur les citoyens.

Au stade actuel, les zones de police bruxelloises se voient selon lui menacées dans leurs missions de base.

Nos partenaires