Ecosse: Vattenfall persiste à ébouriffer Trump avec ses éoliennes

21/07/16 à 15:21 - Mise à jour à 15:21

Source: Belga

(Belga) Le groupe énergétique suédois Vattenfall a confirmé jeudi le développement d'un champ éolien au large de l'Écosse en dépit de l'opposition féroce de Donald Trump, candidat à la Maison Blanche et propriétaire d'un golf sur la côte.

Ecosse: Vattenfall persiste à ébouriffer Trump avec ses éoliennes

Ecosse: Vattenfall persiste à ébouriffer Trump avec ses éoliennes © BELGA

Le milliardaire, fraichement investi candidat républicain à la présidentielle américaine, ferraille depuis des années contre le projet de construction de onze turbines au large de l'Aberdeenshire, dans le nord-est de l'Écosse. Estimant que ce projet représentait un affront visuel pour son golf acquis en 2006, Donald Trump, dont la mère était écossaise, avait porté l'affaire devant les tribunaux. Mais en décembre, La Cour suprême britannique a rejeté son recours. Cet obstacle levé, Vattenfall peut engager les travaux. Le groupe public a fait connaître jeudi son intention d'investir plus de 3 milliards de couronnes suédoises (316 millions d'euros) dans ce parc éolien d'une puissance installée de 92,4 Mégawatts, qui s'élèvera à 3,1 km des côtes. La construction devrait être lancée fin 2017 pour une mise en service au printemps suivant mais le développement des installations à terre commencera dans les mois qui viennent. Vattenfall va racheter la totalité de ses parts dans le projet à l'entreprise locale Aberdeen Renewable Energy Group. Le "European Offshore Wind Deployment Centre" abritera un centre de recherche et un laboratoire pour l'innovation dans l'énergie éolienne. Vattenfall a souligné que cet investissement décidé "quelques semaines seulement après le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne reflète son engagement à long terme dans l'éolien britannique". Sur le plan purement industriel, le développement du parc écossais s'inscrit dans l'objectif de Vattenfall de "doubler sa capacité éolienne de 2 à 4 GW d'ici 2020" alors que le groupe, qui vient de se désengager des centrales à charbon en Allemagne, dit vouloir monter progressivement en puissance dans les énergies renouvelables. (Belga)

Nos partenaires