Ecolo prêt à quitter la négociation si rien ne bouge, "mais on n'en est pas là"

24/01/11 à 09:07 - Mise à jour à 09:07

Source: Le Vif

Le co-président d'Ecolo Jean-Michel Javaux a affirmé lundi sur les ondes de Bel-RTL que son parti était prêt à quitter les négociations institutionnelles à sept si rien ne bouge, même s'il souhaite avant tout leur reprise. Son homologue de Groen! Wouter Van Besien avait dit la même chose il y a quinze jours.

Ecolo prêt à quitter la négociation si rien ne bouge, "mais on n'en est pas là"

© Belga

"Il n'y a là rien de neuf sous le soleil, c'est le bon sens même que de dire que l'on doit arrêter les frais si la situation d'enlisement ou le blocage politique persistent", relativisait-on une heure plus tard chez Ecolo, où l'on rappelle qu'il était demandé à M. Javaux de répondre par oui ou non dans l'interview.

"On n'en est pas là aujourd'hui, et l'on ne pose pas d'ultimatum qui risquerait de provoquer des situations explosives comme en avril", lorsqu'un ultimatum de l'Open Vld sur BHV a fait chuter le gouvernement Leterme II.

Ecolo espère toujours "engranger des résultats" et reprendre les négociations à sept, souligne le parti.

Sur les ondes radio, M. Javaux s'en est pris au président du MR Didier Reynders, qu'il accuse à son tour d'avoir tenté de récupérer le message de la manifestation "Shame" de dimanche.

"Avant même la manifestation", Didier Reynders a essayé de lui donner un sens en l'interprétant comme une "claque" pour ceux qui négocient depuis des mois et une invitation à changer de formule, a affirmé Jean-Michel Javaux.

Il rappelle l'échec de l'Orange bleue et la chute du gouvernement Leterme II provoquée par les libéraux flamands.

A ses yeux, "Didier Reynders veut faire un accord N-VA, CD&V, PS et MR. Cela veut dire que l'on casse les familles politiques, je ne pense pas que c'était le signal de la manif d'hier", a affirmé le co-président des Verts francophones.

Ecolo réclame la clarté de la part de la N-VA sur sa capacité à trouver un compromis, mais également de la part des libéraux. "Si Didier Reynders, si l'Open Vld, viennent autour de la table, oui ou non sont-ils capables de travailler sur base de la note Vande Lanotte", demande M. Javaux.

Le conciliateur royal doit tenir de nouvelles réunions par groupes linguistiques ces lundi et mardi, dans le cadre de la formule à sept.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires