Ecolo avance son plan pour un redéploiement économique du pays

21/06/12 à 15:50 - Mise à jour à 15:50

Source: Le Vif

A un mois de la présentation annoncée par le gouvernement fédéral d'un plan de relance pour stimuler l'économie du pays, le parti Ecolo a présenté jeudi son propre "plan de redéploiement". Neutre financièrement, celui-ci permettrait de créer plusieurs dizaines de milliers d'emploi, tout en préservant l'environnement.

Ecolo avance son plan pour un redéploiement économique du pays

© Image Globe

Redoutant les effets d'une relance qui ne ferait que perpétuer "l'épuisement des ressources et des gens" généré par le système actuel, les Verts entendent au contraire réorienter l'économie vers un modèle durable et compétitif "car peu consommateur de ressources et d'énergie, et ancré dans le tissu local", a avancé Emily Hoyos, co-présidente d'Ecolo.

Trois axes

Ce plan, qui regroupe des idées vertes neuves et moins neuves, est orienté autour de trois axes. Le premier vise à soutenir l'innovation et la durabilité des entreprises, notamment par l'amélioration de leur efficacité énergétique, un soutien à la formation, et la réduction des cotisations sociales pour les trois premiers emplois dans les PME.

Le second se concentre sur la solidarité, "car un plan de redéploiement doit inclure une dimension sociale", a insisté la chef de groupe Ecolo à la Chambre, Muriel Gerkens. Il s'agit ici, pour faire face à la "précarisation accrue" de la population, de mieux soutenir financièrement les CPAS, mais également d'individualiser les droits pour l'octroi des allocations sociales.

Enfin, les Verts préconisent une série d'investissements dans différents "travaux utiles", notamment dans le rail, la construction d'écoles et crèches ou encore l'isolation des bâtiments publics et privés.

Un plan à 3 milliards d'euros

La facture de ce "plan de redéploiement" est évaluée à 4,1 milliards d'euros par an environ, duquel les Verts déduisent un "effet retours" de l'ordre de 1,2 milliard d'euros, soit un coût net de l'ordre d'un peu mois de 3 milliards d'euros. Les gains en termes d'emplois seraient de "plusieurs dizaines de milliers d'emplois" sur plusieurs années.

Pour financer le tout, Ecolo retape sur le clou des intérêts notionnels qui devraient, selon lui, être ramenés à 2,5% et conditionnés au maintien de l'emploi. Ceci devrait générer 1,3 milliard d'euros.

Autre cible choyée des Verts : la taxe sur rente nucléaire qui devrait être relevée. Bénéfice : 650 millions d'euros en plus.

Les écologistes estiment enfin qu'un milliard d'euros pourrait être trouvé dans la limitation des plus-values spéculatives des grandes entreprises, ainsi qu'une meilleure lutte contre la fraude, notamment par la création d'un registre d'assurances, une révision de la taxe sur les opérations boursières, et des efforts contre l'évasion fiscale.

La relance durable est possible Conclusion des Verts : l'austérité n'est pas une fatalité. La relance durable est possible. Tout de suite. "Les moyens financiers sont disponibles", assure Emily Hoyos, pointant les 800 milliards d'euros épargnés par les Belges et le succès phénoménal de l'emprunt public lancé par l'ex-Premier ministre Yves Leterme, fin 2011.

"Nous appelons le gouvernement fédéral à mettre sur pied des emprunts populaires au bénéfice de ces projets de redéploiement. Ils offriront aux Belges la garantie que leur argent est investi dans le soutien à une économie réelle, qui a du sens, et qui échappe à la spéculation", ponctuent les écologistes du sud du pays.

Le Vif.be, avec Belga

Nos partenaires