Ecoles : 13.750 places en plus à Bruxelles

28/11/13 à 15:47 - Mise à jour à 15:47

Source: Le Vif

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s'est accordé jeudi sur la répartition d'une enveloppe globale de 55 millions d'euros pour la création de quelque 13.750 places dans l'enseignement fondamental essentiellement, mais aussi dans le secondaire, pour les zones les plus saturées de la Fédération dont Bruxelles, a-t-on appris à plusieurs sources.

Ecoles : 13.750 places en plus à Bruxelles

© Belga

La création de places dans les écoles s'était heurtée à un écueil ; la Région bruxelloise, qui avait été décidé d'investir dans des modules, avait été attaquée par la Flandre qui contestait sa compétence dans ce domaine communautaire. La Cour constitutionnelle avait donné partiellement raison à la Flandre en mai 2012, une décision qui, combinée à la confirmation du boom démographique, a créé une urgence pour la prochaine rentrée scolaire et renvoyé la balle dans le camp de la Fédération.

L'enveloppe approuvée jeudi pour les nouvelles places d'écoles dans les zones les plus saturées de la Fédération se répartit en 45 millions d'euros pour le fondamental (quelque 11.250 places sont envisagées) et 10 millions pour le secondaire (environ 2.500 places). Dans le fondamental, 22,5 millions d'euros seraient destinés à des pavillons modulaires (court terme) et autant pour des places plus durables (aménagements de locaux, réaffectations ou extensions).
En tenant compte du secondaire, le modulaire concentrerait ainsi 25,5 millions d'euros (6.375 places) et le durable 29,5 millions (7.375 places).

La difficulté se concentrait sur la clé de financement. Le cdH et Ecolo d'un côté se prévalaient de l'urgence pour retenir le nombre d'élèves par réseau, tandis que le PS d'autre part se montrait le plus soucieux de ne pas empiéter sur le Pacte scolaire de 1959. Il aurait obtenu de compter pour deux chaque élève du réseau de la Fédération.
Un autre élément de l'accord tient dans ce que les bâtiments faisant l'objet de rénovation resteraient propriété du pouvoir organisateur, tandis que les extensions passeraient dans des organes SPABS (Société Publique d'Administration des Bâtiments Scolaires), étant ainsi mutualisés pour éviter de les dévoyer de leur objet social.
Les ministres donneront plus de détails sur cet accord lors d'une conférence de presse en fin d'après-midi à l'Elysette (Namur), où se tenaient jeudi les gouvernements de la Fédération et de la Région wallonne.

Nos partenaires