Eclairage sur la bisbrouille des panneaux lumineux routiers en Wallonie

06/01/17 à 16:46 - Mise à jour à 16:50

Source: Belga

(Belga) Passée quasi-inaperçue dans la presse francophone, une réflexion du ministre-président wallon Paul Magnette dans une interview au magazine Trends de ce jeudi a suscité de vives réactions vendredi dans la presse flamande, mais le cabinet Magnette plaide le malentendu. Les trois-quarts des panneaux lumineux installés en Belgique sont fabriqués à... Herstal.

Défenseur d'une relocalisation de l'économie wallonne, Paul Magnette (PS) semble annoncer dans le Trends la suppression de tous les panneaux routiers rétro-éclairés par souci d'économie budgétaire, mais aussi parce qu'ils ne sont pas fabriqués en Wallonie, tandis que d'autres, d'un type différent, peuvent l'être. La presse flamande s'est saisie de cette réflexion et a fait réagir le ministre flamand de la Mobilité, Ben Weyts (N-VA). Ce dernier condamne fermement la prétendue décision wallonne, non pour son volet identitaire, mais pour une question de sécurité routière. Le club automobile Touring va jusqu'à qualifier la soi-disant décision wallonne de "mortellement dangereuse". Mais au cabinet Magnette, on parlait vendredi de "malentendu". Le ministre-président n'aurait, dans l'interview, qu'évoqué la possibilité de passer progressivement d'une technologie obsolète à une plus récente, en profitant de cette évolution pour favoriser la production wallonne. Mais aucune décision gouvernementale n'est intervenue, et l'expression n'aurait visé que "le bon sens". Information prise au cabinet du ministre wallon des Travaux publics, Maxime Prévot, supprimer tous les panneaux routiers rétro-éclairés n'est certainement pas à l'ordre du jour. "Je partage évidemment la volonté de davantage consommer wallon, d'ailleurs, pour information, les trois quarts des panneaux lumineux installés en Belgique sont fabriqués en Wallonie, à Herstal", glisse M. Prévot (cdH). Si la question du remplacement de certains de ces panneaux est à l'étude actuellement, aucune décision n'a été prise. "Cela ne concernerait que les panneaux latéraux obsolètes et pas les panneaux supérieurs, afin de garantir au maximum la sécurité de tous les usagers de la route." L'Agence wallonne pour la sécurité routière ne dit pas autre chose: pas question de remplacer les panneaux rétro-éclairés qui surplombent les routes, car la lumière des phares ne peut les atteindre. En revanche, pour les panneaux à hauteur de phares le long des routes, certains panneaux rétro-éclairés pourraient être remplacés par des panneaux rétro-réfléchissants, qui eux ne tombent jamais en panne, selon l'administrateur délégué de l'AWSR, Patric Derweduwen. Mais ces remplacements ne pourraient être décidés qu'au cas par cas, et en aucun cas de manière systématique. (Belga)

Nos partenaires