21/01/14 à 16:08 - Mise à jour à 16:08

Dutroux attire les fragiles

Quand donc le psychopathe nommé Dutroux cessera-t-il de trouver des complicités ici ou là pour tenter de continuer à exister ?

Dutroux attire les fragiles

© Belga

Jusqu'à son dernier souffle, on peut en être sûr, Marc Dutroux sera une nuisance pour ses contemporains. Heureusement : plus un danger pour les enfants. Arrêté en pleine force de l'âge (39 ans), après une seconde série d'enlèvements, de viols, et, cette fois-ci, d'assassinats, sa dramatique carrière de prédateur sexuel a pris fin en 1996. Il a été condamné à la prison à perpétuité en 2004 et toutes ses demandes de libération conditionnelle ou de port de bracelet électronique sont vouées définitivement à l'échec. Il mourra en prison, comme d'autres grands criminels.

Mais, à 57 ans, la machine à nuire et à manipuler n'est pas désamorcée. Il se trouve toujours quelqu'un, admiratrice ou professionnel de quelque chose (santé, politique, médias), pour être attiré par l'hypothétique faveur narcissique de fréquenter le "monstre", fût-ce pour dénoncer le Mal insaisissable qui est en lui. En 2002, le sénateur Jean-Marie Dedecker, alors VLD, avait réussi à faire entrer un journaliste de VTM dans la cellule de Dutroux en le faisant passer pour son chauffeur. Dans la même prison d'Arlon, un gardien a pris et vendu à Paris-Match des photos de la vie très ordinaire du détenu le plus célèbre de Belgique. Un autre jour, c'est un médecin qui s'est laissé aller à des considérations publiques sur la santé de son patient.

Cette fois-ci, Dutroux a harponné Laurent Louis, un député à propos duquel se posent de sérieuses questions de santé mentale et dont la Chambre a accepté la levée de l'immunité parlementaire. Il pourrait être renvoyé en correctionnelle pour recel d'éléments du dossier pénal de l'affaire Dutroux et autres accusations liés à ses fantasmes de "grand complot". Jean-Denis Lejeune, à qui était adressée le plaidoyer pro domo de Marc Dutroux, l'a reçu à la mi-décembre 2013, via Laurent Louis, et, sagement, n'en a rien fait. Pourquoi a-t-il fallu que DH Radio, pour son lancement, utilise ce scoop douteux ? Pour dénoncer la "perversion sans borne" de Marc Dutroux ? Merci, on le savait déjà.

Banni de la société des hommes, Dutroux reste tel qu'en lui-même : arrogant, insensible à la misère d'autrui et centré sur la sienne, rejetant toute responsabilité sur les autres, affectant des airs d'intellectuel et braquant ses antennes ultra-sensibles sur les faibles qu'il a l'espoir de plier à ses volontés. Ce modus operandi ne variera plus. Reste à écarter les fragiles de sa route. L'enquête interne devra dire comment il a pu correspondre avec Laurent Louis et quel usage il fait de son argent et de ses faveurs intéressées.

Nos partenaires