Droits de douane sur l'acier et l'aluminium: "un jour sombre pour le commerce international", déplore Didier Reynders

31/05/18 à 19:23 - Mise à jour à 19:24

Source: Belga

(Belga) La confirmation par les Etats-Unis du relèvement dès vendredi des droits de douane sur l'acier et l'aluminium importés de l'Union européenne, du Canada et du Mexique constitue "un jour sombre pour le commerce international, et ne va pas dans le sens d'un renforcement de l'alliance transatlantique", a déploré jeudi le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, dans un entretien avec l'agence Belga.

La Belgique se range certes derrière les annonces européennes d'une procédure de règlement des contentieux à l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) et de l'établissement d'une liste de produits sur lesquels appliquer des contre-mesures. Mais M. Reynders (MR) souligne aussi la nécessité de prendre des mesures de sauvegarde dès lors que des produits européens destinés aux Etats-Unis risquent de revenir dans l'UE, de même que risquent d'y arriver des produits canadiens et mexicains qui ne trouveraient plus place sur le marché américain. Pour la Belgique, des effets directs se feront sentir sur le secteur sidérurgique, ainsi que des effets indirects sur les échanges du port d'Anvers, ajoute le ministre libéral. Face au risque de voir les Européens se diviser sur les contre-mesures à prendre, M. Reynders insiste sur l'unanimité et la coordination. Notamment pour travailler sur la surcapacité de production sidérurgique, un problème pour lequel la Chine est pointée du doigt. "Tout cela ne va pas dans le sens d'un renforcement de l'alliance transatlantique", déplore le chef de la diplomatie belge, en rappelant le retrait américain de l'accord climatique, de l'accord sur le nucléaire iranien, ainsi que le transfert de l'ambassade américaine en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem. "On ne peut rester sans réaction. Cela pousse l'UE à réfléchir à sa souveraineté, non seulement dans sa manière d'agir dans le dossier du nucléaire iranien, mais aussi pour d'autres négociations commerciales", ajoute-t-il, citant plusieurs traités commerciaux sur lesquels l'UE avance (Japon, Singapour, Mexique, Vietnam, Mercosur, etc). Quant aux Etats-Unis, "nous devons trouver le biais pour renouer un dialogue constructif. Nous ne demandons qu'une chose: reprendre un dialogue positif", a-t-il insisté. (Belga)

Nos partenaires