Dour : les gens du voyage veulent encore rester 10 jours

28/07/10 à 07:25 - Mise à jour à 07:25

Source: Le Vif

Quelque 250 caravanes de l'association culturelle "Vie et Lumière" se sont installées mardi dans des prairies louées par le Dour Festival. Le convoi est indésirable dans l'entité mais ils ont l'intention de rester encore dix jours en Belgique, annonce ce matin au Nieuwsblad leur secrétaire-général, Mario Holderbaum.

Dour : les gens du voyage veulent encore rester 10 jours

© Belga

Avec ses 250 caravanes, le groupe s'est déjà déplacé de Nieuport à Wingene, et s'est désormais installé à Dour. Ils ont à chaque fois occupé un terrain privé avec l'intention d'y tenir des messes. Chaque fois, les protestations des riverains et des communes ont été vives.

Cependant, la situation était calme mardi à Dour, selon la police. Ce groupe converge vers son rassemblement annuel dans la Marne le 21 août prochain. "Vie et Lumière" tient en août un rassemblement important en France. Selon Mario Holderbaum, la communauté qui voyage actuellement à travers la Belgique s'y rendra. "Ils resteront encore dix jours en Belgique puis partiront pour être au rassemblement le 22 août."

Une réunion est prévue entre les gens du voyage, les forces de police et la commune de Dour aujourd'hui à 9 heures. "On sait que les autorités communales ne souhaitent pas que la caravane reste sur leur territoire. Une décision devrait tomber dans le courant de jeudi", a précisé le chef de corps.

Surveillance organisée "Nous avons organisé une série de patrouilles de police pour surveiller la prairie", a indiqué Yves Vanderbeck, chef de zone de Dour-Haut-Pays. "Le chef de camp à mon numéro de téléphone et j'ai le sien, ceci dans le but d'éviter tout débordement. Il est vrai que l'arrivée du convoi en matinée a été quelque peu mouvementée mais l'important est d'éviter les problèmes".

Le bourgmestre de Dour, Carlo Di Antonio, a confirmé qu'il ne souhaitait pas accepter l'implantation des gens du voyage dans sa commune. "Cela avait déjà causé des problèmes en 2009, une recrudescence des vols notamment. De plus, le propriétaire de la prairie sur laquelle ils se sont implantés refuse l'accès, de même que le locataire actuel, le Dour Festival", a conclu M. Di Antonio.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires