Donald Trump informé par les chefs militaires des options face à Pyongyang

11/10/17 à 04:11 - Mise à jour à 04:12

Source: Belga

(Belga) Le président américain Donald Trump a examiné mardi avec son ministre de la Défense Jim Mattis et avec son chef d'Etat-major Joe Dunford "la gamme d'options" dont disposent les Etats-Unis face à la Corée du Nord, a annoncé la Maison Blanche. Mardi soir, des bombardiers américains ont par ailleurs survolé la péninsule corénne.

"Le briefing et la discussion se sont concentrés sur la gamme d'options pour répondre à toute forme d'agression de la Corée du Nord et, si nécessaire, pour empêcher la Corée du Nord de menacer les Etats-Unis et leurs alliés avec des armes nucléaires", a déclaré la présidence américaine dans un communiqué. Elle n'a pas précisé si cet entretien correspondait à une évolution de la menace nord-coréenne. Par ailleurs, mardi soir des bombardiers supersoniques B-1B américains ont survolé la péninsule coréenne, a annoncé l'armée de Séoul. Les deux appareils étaient accompagnés de chasseurs sud-coréens F-15K. Après être entrés dans l'espace aérien sud-coréen, ils ont conduit des exercices de tir air-sol dans les eaux de la mer du Japon, complète le communiqué de l'état-major sud-coréen. Selon l'armée américaine, des avions japonais ont également participé à ces exercices. M. Trump avait affirmé dans un message énigmatique posté samedi sur Twitter qu'"une seule chose marchera" avec la Corée du Nord, sans dire laquelle, deux jours après une autre déclaration mystérieuse. "Les présidents et leurs administrations parlent à la Corée du Nord depuis 25 ans", avait tweeté M. Trump. "Les accords passés et les montants massifs d'argent versés n'ont pas eu d'effet". "Les accords ont été violés avant même que l'encre ne soit sèche", avait-il poursuivi. "Désolé, mais il n'y a qu'une seule chose qui marchera", avait conclu le milliardaire, sans autre détail. Lors d'une réception à la Maison Blanche avec des chefs militaires et leurs épouses, il avait déjà eu jeudi une phrase évasive, sans mentionner quoique ce soit d'autre: "C'est peut-être bien le calme avant la tempête". Ces dernières semaines, Donald Trump a répondu par une escalade verbale à l'accélération des programmes balistique et nucléaire nord-coréens. Il a notamment menacé mi-septembre de "détruire totalement" la Corée du Nord, mais plusieurs de ses ministres assurent de leur côté continuer à privilégier la voie diplomatique pour résoudre cette crise. (Belga)

Nos partenaires