12/11/10 à 11:39 - Mise à jour à 11:39

Dommage pour Jésus

Un nouveau phénomène fait rage en Flandre : celui des débaptisations. Les églises se vident depuis des années, mais on n'en a pas moins continué de baptiser en grand nombre les nouveau-nés.

Par KRISTIEN HEMMERECHTS, Ecrivaine

Entre-temps, ceux qui sont assez âgés pour se révolter contre leur appartenance forcée à l'Eglise n'hésitent plus à couper le dernier lien qui les y attache encore. Les grands coupables de cet exode s'appellent évidemment Roger Vangheluwe, ex-évêque de Bruges, et André-Joseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles. Tel un kamikaze, celui-ci court à sa perte. Chaque nouvelle déclaration qu'il lance le rapproche inévitablement du crash.

Au début, Léonard jouissait pourtant d'un grand crédit. Il était apprécié pour ses qualités de visionnaire et son don de la parole. Il y avait certes quelques protestations dues à ses anciennes déclarations sur les homosexuels, mais beaucoup étaient prêts à lui donner sa chance. Qui plus est, il s'exprime dans un néerlandais presque parfait, ce qui, du côté flamand, avait considérablement augmenté les bonnes dispositions à son égard. Mais la lune de miel s'est vite achevée, et définitivement. Aujourd'hui, tous le supplient de se taire dans toutes les langues nationales.

Je ne ressens pas le besoin de me laisser débaptiser. J'ai décidé, voici des années, de rompre avec l'Eglise. Comme le renard, elle change de poil, mais non de naturel. L'Eglise est un organe de pouvoir. Ses convictions sont dépassées, désespérément. Cela est tragique pour les nombreux prêtres qui donnent le meilleur d'eux-mêmes. Peut-être devraient-ils tirer leurs conclusions et fonder une nouvelle Eglise. Ou s'associer avec une des nombreuses Eglises existantes, petites et grandes. Il s'en trouvera peut-être une qui traite de la sexualité en adulte. C'est dommage aussi pour Jésus. Il a dit des choses tout à fait remarquables. Qu'on soit croyant ou athée, son message est et demeure exaltant.

Mais j'avoue que le tapage actuel autour de Léonard me surprend. Après tout, le nouvel archevêque est en accord avec les thèses officielles de l'Eglise. C'est son boulot et il ne serait pas là où il est s'il professait d'autres idées. Il est plus honnête que son prédécesseur Danneels. Celui-ci a réussi, des années durant, à se donner une image "progressive" avant de tomber douloureusement de son piédestal à cause de l'attitude lâche qu'il a adoptée dans l'affaire Vangheluwe. Dès lors, je préfère Léonard. Provocant, honnête, controversé. Avec lui, au moins, on sait à quoi s'en tenir.

Nos partenaires