Dix femmes en grève de la faim à Saint-Josse protestent contre les viols commis à Djibouti

26/04/16 à 19:35 - Mise à jour à 19:35

Source: Belga

(Belga) Dix femmes originaires de Djibouti (Corne de l'Afrique) qui résident en Belgique ont entamé une grève de la faim à Saint-Josse (Bruxelles) depuis lundi, indique mardi le Comité des femmes djiboutiennes contre les viols et l'impunité. Ces femmes dénoncent "les viols des femmes par des soldats djiboutiens". Elles se placent ainsi dans la continuité des actions menées en avril en France.

"Depuis le début de la guerre civile en 1991, des centaines de femmes ont été violées par l'armée gouvernementale", signale le comité des femmes djiboutiennes. "Ces crimes se déroulent (près) des bases militaires française, américaine, nippone et chinoise." Un appel à la communauté internationale est dès lors lancé "pour qu'elle condamne les viols et l'impunité de ces crimes". "Le viol est utilisé comme une arme de guerre, visant à détruire l'identité des communautés. L'impunité érigée en système en République de Djibouti rend impossible toute reconstruction pour ces femmes", souligne le communiqué. Le comité a quatre exigences: la reconnaissance des viols comme crimes de guerre, l'ouverture d'une enquête internationale, le jugement des soldats suspectés de viol et le respect des conventions régionales et internationales ratifiées par Djibouti. Cette grève de la faim intervient "dans un contexte postélectoral très tendu", indique le comité qui désigne l'actuel chef de l'État djiboutien, Ismael Omar Guelleh comme le commanditaire des "pires massacres" et ayant "une responsabilité toute particulière dans les viols et l'impunité des soldats violeurs". (Belga)

Nos partenaires