Di Rupo: "les autres pays n'attendront pas la Belgique"

30/08/14 à 17:52 - Mise à jour à 17:52

Le Premier ministre en affaires courantes Elio Di Rupo "attend un signe" des co-formateurs sur le candidat que présentera la Belgique pour siéger dans la Commission européenne.

Di Rupo: "les autres pays n'attendront pas la Belgique"

© Image Globe / JULIEN WARNAND

Aux journalistes qui lui demandaient, à son arrivée au sommet européen samedi soir, s'il présenterait un nom, Elio Di Rupo a répondu que "malheureusement, non". "J'ai déjà demandé à plusieurs reprises aux co-formateurs de me faire savoir s'ils avaient choisi un ou plusieurs candidats", a indiqué M. Di Rupo. "Ne soyons pas naïfs. Les autres pays n'attendront pas la Belgique pour la répartition des portefeuilles", a-t-il ajouté. Rappelant que le pays jouait un rôle traditionnel dans la construction européenne, il juge que "plus on attend, moins nous aurons ce rôle". "Je ne doute pas une seconde que les co-formateurs partagent ce souci", a-t-il encore glissé.

La désignation du commissaire européen belge s'avère, depuis des semaines, être un vrai casse-tête pour les négociateurs de la coalition suédoise. Ceux-ci doivent tenir compte de délicats équilibres entre les quatre partis de la future coalition (MR, N-VA, CD&V et Open Vld), mais aussi au sein même de la Commission européenne (entre libéraux, socialistes et conservateurs, ainsi qu'entre hommes et femmes). Didier Reynders, Marianne Thyssen et Karel De Gucht sont les candidats les plus souvent cités. Le nom de Gwendolyn Rutten a également été évoqué

En savoir plus sur:

Nos partenaires