Di Rupo : "l'UE doit se préoccuper de la croissance et de la création d'emplois"

19/01/12 à 07:04 - Mise à jour à 07:04

Source: Le Vif

Les Premiers ministres belge et luxembourgeois, Elio Di Rupo et Jean-Claude Juncker, ont exprimé mercredi soir le souhait que le sommet européen "informel" du 30 janvier ait aussi comme objectif de relancer la croissance et la création d'emplois en Europe.

Di Rupo : "l'UE doit se préoccuper de la croissance et de la création d'emplois"

© BELGA

"L'Europe doit aussi se préoccuper de la croissance économique et de la création d'emplois", a affirmé M. Di Rupo devant la presse pour la seconde étape de son premier jour de déplacement à l'étranger comme chef du gouvernement, à Luxembourg, après La Haye en matinée, avec à chaque fois un message similaire.

Le Bénélux, élément fondateur de l'Union européenne présidé en 2012 par la Belgique, a ainsi retrouvé une ligne commune. "Je redis le souhait de la Belgique" de voir l'Union européenne offrir "des perspectives d'emplois complémentaires à la rigueur budgétaire", a martelé M. Di Rupo, confirmant que son gouvernement prendrait de nouvelles mesures budgétaires pour compenser le recul de la croissance et limiter le déficit sous les 3 pc du Produit intérieur brut (PIB).

La zone euro est "au bord de la récession"

Son homologue grand-ducal, Jean-Claude Juncker, qui est également président de l'Eurogroupe (les ministres des Finances de la zone euro), a abondé dans le même sens, défendant au passage le système - modifié récemment - d'indexation des salaires qui existe au Luxembourg et que nombre d'instances européennes (Commission, Conseil et Banque centrale) ainsi que le patronat critiquent, à l'image du système d'indexation belge.

M. Juncker s'est ainsi dit favorable à la "consolidation des finances publiques", mais aussi à une "politique de croissance", alors que la zone euro est "au bord de la récession technique" (au moins deux trimestres consécutifs de recul du PIB).

Sur le futur traité européen de discipline budgétaire, à adopter d'ici le mois de mars, "nous avons des points de vue identiques", a assuré le chef du gouvernement grand-ducal.

Plus tôt dans la journée, lors de sa visite à La Haye, M. Di Rupo avait déjà tenu le même langage. "Une combinaison des deux (croissance économique et création d'emplois) est nécessaire pour sortir de la crise", avait-il souligné. "C'est vital pour la crédibilité de l'Europe", avait ajouté le Premier ministre socialiste. "La rigueur ne suffit pas pour mener une politique positive à l'égard des citoyens".

M. Di Dupo, qui a comme tout nouveau Premier ministre belge, réservé sa première visite aux deux autres Etats-membres du Bénélux, a par ailleurs annoncé la décision des trois pays de "réactiver la coopération politique au sein du Bénélux".

Levif.be, avec Belga

Nos partenaires