Di Antonio: "la quasi-totalité des éoliennes peut être placée le long des autoroutes"

07/06/13 à 17:47 - Mise à jour à 17:47

Source: Le Vif

Avec réaction du ministre de l'Environnement Philippe Henry annonçant son intention de revoir la cartographie sur base des demandes de la population et des chiffres de son collègue Di Antonio.

Di Antonio: "la quasi-totalité des éoliennes peut être placée le long des autoroutes"

© Image Globe

Il est possible de placer le long des autoroutes de Wallonie et du réseau structurant la quasi-totalité des éoliennes nécessaires pour atteindre les objectifs fixés, a affirmé vendredi le ministre des Travaux publics Carlo Di Antonio.

"Nous serons prêts dans quelques semaines avec un plan alternatif de placement d'éoliennes quasiment exclusivement au bord des autoroutes et du réseau structurant", a affirmé le ministre cdH sur les ondes de Bel-RTL. La combinaison envisagée, mariant le grand éolien (de puissance supérieure à 350 kW, ndlr) et l'éolien moyen (de 30 à 350 kW), a l'avantage d'être gérée entièrement par les fonds publics sur terrain public, assurant des rentrées financières à la Région, un impact moindre sur le paysage et moins de nuisances sonores, puisque le bruit des éoliennes serait couvert par celui de l'autoroute, a fait valoir M. Di Antonio.
"D'après nos calculs nous pourrions y installer la quasi-totalité de l'objectif éolien nécessaire", a souligné le ministre. En plus des 874 km d'autoroutes régionales dont la Sofico - le bras financier des infrastructures publiques wallonnes - a la gestion, d'autres sites appartenant au domaine régional comme les voies navigables, les échangeurs routiers ou les aires autoroutières pourraient accueillir des éoliennes, a précisé le ministre dans un communiqué.

Carlo Di Antonio dit également, avec cette proposition, vouloir préserver la surface agricole utile ainsi que la biodiversité. Le gouvernement wallon a approuvé en février un nouveau cadre de référence éolien (normes de puissance, normes de bruit, taille des mâts, etc) ainsi que la cartographie du potentiel éolien (50 zones découpant le territoire de la Région).

Ces deux outils doivent contribuer à l'objectif de production de 4.500 GW/h d'énergie éolienne en 2020, ce qui correspond à tripler les 261 mâts existants aujourd'hui en Wallonie. Les communes, de leur côté, revendiquent de pouvoir co-décider des implantations d'éoliennes sur leur territoire, avait indiqué en avril leur union (UVCW). C'est à leur consultation que s'est attelé le ministre de l'Environnement Philippe Henry ces dernières semaines.

Il dès lors proposé jeudi au gouvernement de revoir le cadre et la cartographie en fonction de leurs remarques. "Nous comptons déjà modifier la carte avant l'enquête publique" sur base de ces observations communales, a-t-il indiqué à l'agence Belga. Philippe Henry (Ecolo) ne dispose pas encore des chiffres annoncés par son collègue Di Antonio sur le potentiel de placement d'éoliennes le long des autoroutes, voies ferrées et voies navigables, qu'avait sollicités le gouvernement. Il les attend afin d'en tenir compte également dans la prochaine modification de la cartographie. Quoi qu'il en soit, "nous avions déjà convenu d'en placer le plus possibles le long du réseau structurant, il sera ainsi d'autant plus facile d'adapter le cadre aux demandes de la population", a conclu Philippe Henry.

Nos partenaires