Devant l'alliance de centre-droit en gestation, le PS ne pouvait rester au balcon

06/06/14 à 16:54 - Mise à jour à 16:54

Source: Le Vif

Le ministre-président flamand Kris Peeters a indiqué vendredi devant plusieurs médias qu'il discutait avec le cdH et le MR afin d'aider l'informateur royal, Bart De Wever, dans son travail. Aux yeux des socialistes francophones, le CD&V a tenté de composer une coalition fédérale dont ils auraient été exclus, ce qui les a poussés à réagir rapidement.

Devant l'alliance de centre-droit en gestation, le PS ne pouvait rester au balcon

© Belga

"Pour être franc, nous avons parlé avec le cdH et le MR en tant que CD&V pour aider l'informateur à trouver une solution avec les deux partis mais entretemps, il y a eu une grande nouvelle: le PS et le cdH ont décidé de négocier un gouvernement en Wallonie", a déclaré M. Peeters, vendredi, au micro de la RTBF.

Si officiellement, le PS reste discret, en coulisses, certains, en son sein, mettent en cause la "duplicité" du CD&V, censé être un allié pour reconduire la tripartite traditionnelle (c'est-à-dire sans la N-VA) mais qui en fait essayait de constituer une majorité de centre-droit avec la N-VA en convainquant le cdH et le MR d'en faire partie.

Le MR a-t-il également joué un double jeu, en jouant sur le tableau régional avec le PS pour former une violette et avec le CD&V au fédéral pour y constituer une majorité de centre-droit? Les mandataire libéraux francophones, interrogés vendredi à la sortie du conseil de leur parti l'ont nié. Mais il semble que les socialistes n'aient pas voulu rester au balcon face aux manoeuvres en cours au centre-droit et aient accéléré le pas pour former des majorités de centre gauche là où ils avaient la main. Les convergences programmatiques avec le FDF et le cdH étaient également bien plus nettes qu'avec le MR, soulignait-on encore.

L'annonce de jeudi après-midi a précipité les choses dans les Régions. Le CD&V et la N-VA annonceront vendredi à 17h qu'ils ouvrent des négociations en vue de constituer un gouvernement flamand. Au fédéral, l'informateur doit remettre son rapport définitif au Roi mardi. Il est loin d'être sûr qu'il aura pu déjà identifier la future coalition.

Nos partenaires