Deux mosquées profanées en Afrique du Sud

10/01/17 à 17:49 - Mise à jour à 17:52

Source: Belga

(Belga) Deux mosquées ont été profanées en l'espace de quelques jours en Afrique du Sud, où des inconnus ont laissé un groin de porc et des traces de sang sur les édifices religieux, des actes qualifiés d'"islamophobes" par les autorités mardi.

"C'est la première fois qu'un tel incident se produit à Kalk Bay (sud-ouest) depuis l'ouverture de la mosquée il y a 100 ans. C'est très perturbant", a témoigné Achmat Sity, l'imam de la mosquée de Masjidul Jamiah située dans cette petite station balnéaire sud-africaine. Lundi, "vers 3h15, le concierge a ouvert la mosquée pour la prière du matin. Il a découvert du sang sur les murs et la chaire, et des inscriptions du Coran jetées à terre", a-t-il déclaré à l'AFP, précisant que rien n'avait été volé. "Ces actes peuvent venir d'un déséquilibré. Nous ne voulons pas leur accorder trop d'importance", a-t-il ajouté, se réjouissant dans le même temps d'avoir reçu des messages de soutien de "toutes les religions" en Afrique du Sud. Une autre mosquée, située à Simon's Town, à une dizaine de kilomètres seulement de Kalk Bay, a elle été vandalisée pendant le week-end. Un groin et du sang ont été découverts à l'entrée de l'édifice religieux. Le parti au pouvoir du Congrès national africain (ANC), qui a "condamné" les deux incidents, a appelé "la population à rester unis pour défendre la culture de la coexistence" religieuse. La province du Cap occidental, qui englobe Simon's Town et Kalk Bay, a dénoncé ces "méthodes islamophobes" et estimé que les "deux incidents pouvaient être liés" compte tenu de leur "similarité et de la proximité des mosquées". L'Afrique du Sud compte 1,5% de musulmans parmi ses 53 millions d'habitants. Le pays est régulièrement secoué par des problèmes raciaux, 23 ans après la fin officielle du régime d'apartheid, mais les religions cohabitent généralement dans une grande harmonie. (Belga)

Nos partenaires