Deux élus MR du Hainaut refusent de financer les mosquées

20/12/12 à 14:13 - Mise à jour à 14:13

Source: Le Vif

Lors du vote, ce jeudi, du budget provincial hainuyer, le conseiller MR Bernard Beugnies (Mons) a déposé un amendement afin que la province ne finance plus les cultes. Surtout le culte musulman... Un seul autre libéral sur seize l'a suivi.

Deux élus MR du Hainaut refusent de financer les mosquées

© Image Globe

Le conseiller provincial Bernard Beugnies, ancien échevin des Finances de Mons et membre de l'actuelle majorité PS-MR, s'insurge contre le fait que la province du Hainaut doive pallier le déficit des mosquées, des lieux de cultes orthodoxes et des Maisons de la laïcité. C'est pourtant une obligation légale, de même que les communes sont contraintes de financer les déficits des fabriques d'églises, des synagogues et des temples anglicans ou protestants.

A cette différence près, selon Bernard Beugnies, "que les provinces n'ont aucun pouvoir de contrôle sur la manière dont cet argent est dépensé. Avec la montée de l'intégrisme, il y a lieu de s'en inquiéter". Le conseiller estime, par ailleurs, que le Hainaut est défavorisé : avec 24 mosquées reconnues, la province verte compte en effet la moitié des lieux de culte musulmans de Wallonie, estime-t-il. Cette année, le solde des déficits à éponger pour les deux cultes avoisine les 150 000 euros. "Mais ça risque de gonfler", précise-t-il.

Un seul autre conseiller MR, Fernand Dechainois, a voté en faveur de l'amendement proposé, contre quatre abstentions et dix refus. Le reste de l'assemblée a accueilli la proposition avec amusement... "Il s'agit d'une obligation légale, explique Bernard Liébin, le chef de groupe MR. Si nous avions rejeté ce point, la tutelle régionale aurait refusé le budget."

Bernard Beugnies se dit toutefois surpris : selon lui, les autres membres du groupe MR partagent ses vues, et l'auraient même encouragé à déposer ce point. "On m'a dit que je pouvais y aller, que les instances nationales étaient d'accord. J'ai l'impression d'avoir été envoyé en kamikaze", regrette-t-il.

En savoir plus sur:

Nos partenaires