Deux compétences transférées à la Communauté germanophone sous-financées

02/10/14 à 18:17 - Mise à jour à 18:17

Source: Belga

Deux des nouvelles compétences transférées à la Communauté germanophone dans le cadre de la sixième réforme de l'Etat sont sous-financées, a indiqué jeudi le ministre-président Oliver Paasch, à l'occasion d'une rencontre avec la presse.

Deux compétences transférées à la Communauté germanophone sous-financées

Oliver Paasch, ici lors de sa prestation de serment en juin dernier. © Image Globe

Le transfert de nouvelles compétences, dans la cadre de la réforme de l'Etat, ne devrait pas se faire sans mal en Communauté germanophone. "En février dernier, nous avons constaté qu'un mécanisme de financement de certaines compétences pourrait poser un problème notamment en matière de financement des infrastructures hospitalières et des maisons de repos", explique M. Paasch. Si l'éventuel problème a été signalé, il n'était à l'époque pas encore chiffrable. "Récemment, nous avons appris que pour les infrastructures hospitalières, nous recevrons une dotation fédérale de 3,5 millions d'euros. Parallèlement à cela, le gouvernement fédéral réclame 6,9 millions d'euros pour les investissements consentis dans nos hôpitaux depuis le 1er janvier 2013", ajoute M. Paasch, qui en déduit un sous-financement récurrent de 3,4 millions d'euros. "Le fédéral a divisé en 33 le montant des investissements et chaque année, un montant décroissant, sera déduit de notre dotation".

Un problème se pose également concernant les maisons de repos puisque les calculs de la dotation ont été effectués sur base de 741 lits disponibles en Communauté germanophone, alors que le fédéral avait déjà donné son accord pour l'ouverture de 140 lits supplémentaires. "Nous n'avons pas encore de chiffre mais pour ces 140 lits, à l'heure actuellement, nous ne recevrions pas de dotation", regrette le ministre-président germanophone. Il se dit persuadé qu'il s'agit d'une erreur technique et non d'une volonté politique délibérée de léser la Communauté germanophone.

Quoi qu'il en soit, cette situation va mettre à mal les finances de la plus petite entité fédérée. "Avec un tel sous-financement, impossible pour la Communauté germanophone d'atteindre l'équilibre budgétaire en 2015, comme cela était initialement prévu. L'objectif sera donc de présenter un budget en équilibre pour la fin de la mandature", indique M. Paasch.

Nos partenaires