Dessine moi un carré

27/04/13 à 11:00 - Mise à jour à 11:00

Source: Le Vif

Il y a du "Petit Prince" dans l'oeuvre de Félix Hannaert. Une poésie simple accompagnée par une petite musique à la flûte traversière.

Dessine moi un carré

Comme d'autres de plus en plus nombreux, l'artiste belge suit la voie tracée par les peintres de l'abstraction géométrique européenne. Plutôt même ceux de la seconde génération qui firent les belles heures de l'après 1945. Il ne s'agit donc pas de révolution. L'homme est trop pacifiste pour de tels combats.


Non, il cherche, avec l'aide des seuls carrés et rectangles posés selon des grilles orthogonales à gagner l'attention puis l'enchantement. Jamais le drame ni la mélancolie. Ses oeuvres ménagent à cet effet des zones de mystères. Notamment par le recours à certains supports (papiers calques superposés ou voiles translucides) qui ont l'art de jouer aux paravents japonais en invitant les ombres (du châssis par exemple) ou la présence ténues des formes et des lumières. Ainsi, ajoutant aux effets de profondeurs nés des seules contrastes de teintes, il convie l'oeil à rejoindre les coulisses de cet espace enclos.


Le travail de Felix Hannaert (né en 1944) se distingue aussi de celui de la plupart de ses confrères en géométrie par son talent de coloriste. Or celui-ci garantit à son tour la subtilité des accords en même temps que la durée du plaisir à en parcourir les liens.


Guy Gilsoul


Ath, Le Palace (maison culturelle). Grand-Place. Jusqu'au 11 mai.

A noter, jusqu'au 12 mai, une seconde exposition à Alost, galerie C. De Vos

Nos partenaires