Des républicains réclament des poursuites contre l'auteur d'un dossier sur Trump

05/01/18 à 22:43 - Mise à jour à 22:45

Source: Belga

(Belga) Deux sénateurs républicains ont demandé vendredi à la justice américaine d'ouvrir une enquête pénale contre l'ex-espion britannique Christopher Steele, auteur d'une enquête menée pendant la campagne présidentielle sur une supposée collusion entre Donald Trump et la Russie.

C'est la première fois que des élus du Congrès réfèrent publiquement à la justice une personne dans le cadre de l'affaire russe. Les sénateurs Chuck Grassley et Lindsey Graham, présidents de la commission de la Justice et de la sous-commission de la criminalité et du terrorisme, respectivement, estiment avoir découvert la preuve que Christopher Steele a menti aux enquêteurs du FBI qui l'interrogeaient sur le dossier. Ils ne donnent aucun détail. Les sénateurs mènent l'une des trois enquêtes parlementaires sur les activités d'influence de la Russie durant la campagne présidentielle de 2016. Ils n'ont pas le pouvoir de lancer des poursuites pénales, mais peuvent demander au département de la Justice de le faire. "Comme je le ferais avec n'importe quelle preuve crédible de délit découverte au cours de nos investigations, je suis dans l'obligation de passer l'information au département de la Justice pour examen", a déclaré Chuck Grassley. Christopher Steele, ancien agent du renseignement britannique, a été payé par la société Fusion GPS, elle-même commanditée par le site conservateur Free Beacon puis par la campagne d'Hillary Clinton, pour enquêter sur les liens financiers entre Donald Trump et la Russie. Le "dossier" ainsi produit, dont plusieurs aspects n'ont pas été corroborés de façon indépendante, a fini par fuiter dans la presse et par devenir l'une des pièces de la tentaculaire enquête des autorités américaines. Les républicains du Congrès s'en sont en retour pris à M. Steele et à Fusion GPS. Les patrons de la société estiment être visés car les alliés du président feraient tout pour saper la crédibilité du "dossier Steele". (Belga)

Nos partenaires